facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/

 


Congrès des communautés


mercredi, 21-Mar-2012
Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011,
2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017
 
La laïcité tolérante est-elle menacée ? le consistoire déplore les campagnes contre la pratique religieuse (viande, dispenses d'examen) et craint que l'inscription de la loi de 1905 dans la constitution proposée par François Hollande ne tarisse ses finances. Les politiques invités ont tenté de rassurer. Le congrès du consistoire a réunit plus de mille personnes autour de thèmes communautaires, politiques, et d'un salon de la vie juive.
 

La communauté juive avait envahi le Palais de congrès Porte Maillot, ce dimanche 18 mars pour le congrès des communautés juives de France organisé par le Consistoire central et le consistoire de Paris. La manifestation a réunit plus de mille personnes.

Cette rencontre se composait de multiples tables rondes, d'une séance plénière qui a duré plus de quatre heure, d'un salon du judaïsme, et même d'un spectacle. Il y avait cinq tables rondes simultanément, si bien que personne n'a pu être partout à la fois.

Des grands thèmes ont retenus mon attention :

* Les responsables communautaires craignent les dérives du laïcisme qui porte atteinte à la pratiques religieuses, et de l'antisionisme niant aux juif le droit de se considérer comme un peuple. Ce cocktail est lourd de menaces. Des hommes politiques de premier plan ont tenté de rassurer notre communauté, en particulier Claude Guéant, Emmanuel Vals, François Copé, et Jean Thomas Nordmann.

* La place des femmes dans nos communautés et dans le judaïsme, avec une table ronde à laquelle j'ai assisté et l'intervention très riche d'Adina Bar Shalom fille du Grand Rabbin du Shass Ovadia Yossef qui nous a parlé de l'entrée dans le monde actif d'une part croissante de la communauté 'Haredi et du rôle spécifique des femmes au sein de cette communauté.

* L'inquiétude des petites communautés en voie de disparition, et les efforts dérisoires mis en place par le consistoire pour freiner le déclin démographique.

* L' exposition importante regroupait des associations et des commerçants aux buts et objectifs très variés, les salons sont des auberges espagnoles, on y trouve ce qu'on y amène, celui qui cherche quelque chose, le trouvera !

 

 

Les débats

La séance plénière avait fait salle comble, le grand amphithéâtre de 750 places était archi bondé, il y a avait du monde dans les couloirs debout, et on a du refuser l'entrée à nombre de candidats auditeur. L'introduction a été faite par Richard Prasquier, président du CRIF, qui rappelé que la pluralité du judaïsme était une force, et que la situation actuelle était difficile et risque de l'être encore davantage dans les années à venir. Ceux qui menacent la Chrita (abbatage rituel), menacent la vie religieuse, et affaiblissent le judaïsme. Même si ce n'est pas le coeur de métier du CRIF cela inquiète.
Jusqu'au XVIII ième, le judaïsme se définissait par la pratique religieuse, sauf Spinoza, qui le premier a quitté le judaïsme sans entrer dans le christianisme.


L'identité juive repose sur un trépied :

  • La pratique religieuse : elle est désormais attaquée.

  • La notion de peuple : Il existe un lien d'appartenance qui se concrétise par une solidarité avec le pays d'Israël.
    La conscience d'Israël n'a jamais quitté le judaïsme, dit Beno Gross. C'est un des aspects incontournables de la vie juive.
    Pour qu'une coyance puisse agir sur l'histoire il est nécessaire qu'elle soit véhiculée par un support matériel, pour nous une «mitzva».
    Nous ne sommes ni une église, ni une communauté spirituelle, mais un peuple avec une profonde communauté de destin. Cependant, Israël n'est pas un fait, c'est une construction, nous n e sommes pas encore un peuple, nous voulons être un peuple. Il faut faire un pont entre le matériel et le spirituel, c'est le sens de la «mitzva» .
    Les attaques contre l'historicité de ce lien bi millénaire par des personnes malveillantes qui exploitent à leur façon des fouilles archéologiques, par ceux qui réécrivent l'histoire, ou qui pensent que le peuple juif a été inventé participent à cette oeuvre destructrice.
    Ce qu'on nous reproche et qu'on veut briser c'est ce lien, c'est cette singularité qui fait notre universalité.
    C'est sur ces idées, développées avec la foi d'un tribun que Beno Gross a fini son intervention sous un tonnerre d'applaudissement.

  • Une approche de l'universel , au delà de la nature, il existe quelque chose hors nature, c'est une capacité à rester indépendant de toute idole, qui nous permet de désobéir. On retrouve cette approche même chez ceux qui sont loin de tout. Nous avons une loi qui permet refuser l'état de nature.

L' État nation est ébranlé :

Tel fut la base de l'intervention très pessimiste de Shmuel Trigano. L'État nation est menacé au dessus par l'Europe et les multinationales, et à l'intérieur par la crise de l'identité nationale. Son exposé a été particulièrement riche et subtil, mais dit trop rapidement pour que je puisse prendre des notes, tout résumé risquerait d'altérer sensiblement le contenu de sa pensée. En conclusion, Shmuel Trigano pense qu'il adviendra de notre communauté ce qu'il adviendra de la République, le modèle social d'une intégration tel qu'il a été conçu en 1945 est aujourd'hui caduque, et nous devons en concevoir un autre.

  Le laïcisme actuel menace la communauté juive

Depuis longtemps en France, nous avons vécu une laïcité tolérante Joel Mergui, président du consistoire a rappelé que la loi de 1905 avait donné lieu à des débats homériques lors de sa rédaction, et qu'on avait trouvé un modus vivendi capable d'apaiser les tensions. Or aujourd'hui le consistoire voit des menaces assombrir le ciel, plus la laïcité se radicalise, plus la liberté religieuse est menacée.

* Intolérance face aux pratiques religieuses : Campagne de mauvais aloi contre l'abattage rituel, (J'ai vu à Paris des auto collants disant que les animaux souffraient 20 minutes), voir contre la circoncision. Crainte devant l'étiquetage du mode d'abattage la viande. La partie arrière d'une bête cachère n'est pas consommée par la communauté juive et est recyclée dans le commerce traditionnel. Si ce dernier refusait de l'acheter, cela aurait une incidence importante sur les prix de la viande cachère.
Crainte aussi devant le refus de prendre en compte les fêtes juives pour les dates d'examen, et l'impossibilité désormais systématique d'obtenir des facilités pour motif religieux.

* Menaces sur le financement des associations religieuses : Le programme du candidat socialiste François Hollande prévoit d'inscrire la loi de 1905 dans la constitution. D'où la crainte qu'à partir de ce moment, les dons fait à des associations cultuelles ne puissent plus bénéficier de déduction fiscal, en effet cela pourrait être assimilé à une participation de l'État au financement du culte, ce qui deviendrait inconstitutionnel.

 

Les politiques tentent de rassurer :

Le ministre des Cultes Claude Guéant, a ouvert le bal des politiques, il s'est voulu rassurant. Le consistoire et la République ont bâti des relations de confiance dit-il, nous partageons les mêmes valeurs : liberté religieuse et laïcité. La république suppose ce sentiment d'appartenance à une communauté de destin, sans brimer notre originalité ni notre mode de vie. Les cultes fortifient la république, une religion belliqueuse serait un dévoiement de sa condition initiale. Il est écrit dans la constitution que l'État est laïque et protecteur et assure la liberté de conscience, si on ajoutait la loi de 1905, cela mettrait en danger le régime des subventions indirectes au culte ainsi que le régime des fondations.

La liberté d'abattage fait partie de la liberté de culte, nous avons en la matière trois principes à respecter :

  • Préserver la liberté
  • Garantir l'hygiène et la santé des consommateurs
  • Bien informer les consommateurs

Pour cela, l'étiquetage qui sera mis en place devra être volontaire, et ne pas être stigmatisant.

Manuel Valls n'a pas répondu directementvalls au ministre, j'aurais aimé l'entendre sur le projet de François Hollande d'inclure la loi de 1905 dans la constitution. Par contre il a dénoncé une vision dévoyée de la laïcité qui n'est pas la négation des religions. Les soupes au cochon distribuées par Riposte Laïque sont des actes d'intolérance et non de laïcité. . Je ne connais pas des juifs de France, mais des Français de religion Juive qui sont une part magnifique de l'identité Française.

L'attachement des français juifs avec Israël est naturel, et les liens qui unissent les deux pays sont très étroits. On ne peut pas approuver toutes les mesures prises par le gouvernement israélien, mais Y a-t-il une seule personne même en Israël qui les approuve toutes ? . Il faut donc tout faire pour les renforcer, les liens entre les deux pays, le boycott d'Israël est une mesure discriminatoire, tout à fait inadmissible, conclut-il sous les applaudissements.

Quoi qu'il en soit, les français juifs ne devraient jamais être pris à parti pour la politique que mène l' état souverain d'Israël.

François Copé a pris la parole au nom de l' UMP et... ne l'a plus lâché. Très sympathique et à l'aise, il parlait à un auditoire conquis d'avance. J'ai fait interdire la Burqa, qui est un phénomène majeur à la laïcité dit-il pour commencer, le groupe socialiste ne m'a pas soutenu, sauf Manuel Vals il est vrai. ). Puis François Copé a insisté sur les risques entraînés par l'introduction de la loi de 1905 dans la constitution, et sur son opposition au vote des étrangers aux élections municipales en reprenant un position proche de la mienne.

François Copé s'est aussi attaqué à François Hollande, en lui reprochant d'avoir trouvé les boucs émissaires : « l'ennemi, c'est le monde de la finance plus forte que coyances, plus fortes que les religions» or dans le Figaro, j'ai lu que le candidat socialiste avait dit «La démocratie est au dessus des croyances, au dessus des religions» Il y a une nuance ! !
Il s'est aussi demandé pourquoi Fançois Hollande voulait enlever le mot race dans la constitution, en craignant qu'une telle mesure enlève toute légitimité au combat anti-raciste.

Quand cette intervention s'est enfin terminé, Manuel Vals a voulu réagir, mais il était déjà très tard, on en avait plus le temps, alors Manuel Vals a fait mine de partir, et les représentants du consistoire, le Grand Rabbin de France en tête, ont tenté de le calmer, il est resté à discuter près de la porte pendant une bonne partie de l'intervention de Jean Thomas Nordmann représentant du Modem . Malheureusement, ce dernier s'attendait à un débat à baton rompu, et n'avait pas préparé d'intervention bien structurée, aussi a-t-il développé brillamment des idées consensuelles, et vu l'heure, j'ai du quitter la salle avant la fin de son intervention.

En conclusion cette suite de discours n'a pas permis d'échange, et a été déséquilibrée au profit de l'UMP. Tous les politiques ont excusé leur champion retenu ailleurs, et ont parlé en leur nom assuré d'être suivi. Tous sont des amis d'Israël et aucun ne veut remettre en cause la laïcité bienveillante à la française.

 

Les problèmes communautaires

J'ai assisté à deux "tables rondes" sur la dizaine qui étaient proposées, la plus riche concernait le rôle des femmes, et le sujet a été développé par l'exposé de la rabbanit Adina Bar Shalom en séance pleinière, une autre a été consacrée à l'avenir des petites communautés.

L'action communautaire au féminin

Dans une salle d'une quarantaine de personnes, féminine à 90 %, Evelyne Berdugo a présenté la coopération féminine, membre du conseil national des femmes françaises, des femmes juives, du CRIF, la coopération est un ONG qui a donc des relations avec l'ONU et l'UNESCO. L'association milite contre les violences et les inégalités dont souffrent les femmes, et joue un rôle très actif dans le domaine du social.

Judith Assoun est une constantinoise qui est installée dans le bassin shuled'Arcachon, on et venu la chercher pour diriger la petite communauté locale qui est composée uniquement de retraités, mais compte quand même 150 membres cotisants. Cette jeunette de 55 ans a été réélue à la présidence d'une communauté consitoriale. Elle a fait réouvrir et restaurer la synagogue bâtie par Daniel Iflah dit Osiris ce qui a coûté la bagatelle de 300 000 €. Elle s'active, tient une épicerie cachère tous les jeudi de 11 h à midi. La communauté n'est pas trop orthodoxe, elle possède néanmoins deux magnifiques mikvés, le bassin d'Arcachon et l'Océan Atlantique. Je préfère dit-elle un fidèle venant dire le kadish en voiture le shabat, à un absent systématique. Les femmes dirigent la communauté, dans le conseil d'administration, il n'y a qu'un homme, ce qui n'empêche pas les relations avec le consistoire central d'être excellentes.
La présidente ne veut pas heurter la halah'a (loi juive) en prenant la place des hommes, elle s'interdit de monter sur la Téba (Autel) pendant la prière, elle attend la fin de l'office pour s'adresser aux fidèles. Le Grand Rabbin Bernheim s'est dit fier d'avoir une femme présidente, j'ai appris ensuite qu'il y en a au moins une autre au Mans. Comment faire mesdames pour vous imposer dans ce milieu particulièrement machiste ? «N'y allez pas à contre sens, mais avec fermeté et délicatesse, comme on élève nos enfants dans nos familles» conclut-elle.

Evelyne Gougenheim est une des six femmes parmi les vingt six membres du consistoire de Paris, venue de sa province, fille d'un président de communauté, elle a fait ses armes à la synagogue de la place Des Vosges, elle s'occupe des affaires de familles, à Paris le consistoire a conclu mille mariages l'an passé et... trois cent soixante seize divorces ! ! le Guett, divorce religieux est obtenu deux mois en moyenne après le mariage, sauf en cas de mari récalcitrant, il y a eu six cas cette année.

Martine ? a fondé la communauté de Charenton, elle a représenté l'orthodoxie dure dans la table ronde, et a sifflé les hors jeux quand une des dames tenaient des propos trop proches du judaïsme libéral. Venue de Tunisie en 1966, dans une banlieue sans synagogue, elle a commencé par donner des cours de religion chez elle, puis elle a recherché des membres en organisant des activités, et aujourd'hui la communauté est trop importante, en regardant le site internet, on voit la richesse de ses activités. A Charenton on a pas séparé le cultuel du culturel, le rabbin est avec nous, et on doit refuser du monde, car les gens courent après le succès. Nous redonnons la parole à a majorité silencieuse. Nous avons à faire à une génération qui n'a pas reçue d'éducation religieuse, aussi il y a tout un travail à mener en commençant par les jeunes qui finissent par attirer leurs parents.
Nous organisons une grand soirée "Les juifs et Hollywood"; on a confié la déco à la jeunesse, et l'ambiance comme le travail est super. L'impulsion doit être donné par les femmes, alors n'hésitez pas à parler, on a des obstacles, on est obligées d'être meilleures !

Joelle Lenny, présidente de la Wizo-France qui a 90 ans, pas la présidente, mais la Wizo, cela veut dire que l'association était sur le terrain avant les suffragettes. Les femmes n'aiment pas le pouvoir en général, nous ne souhaitons pas être en avant, mais nous voulons être à côté des hommes, à notre place. Ni derrière, ni devant.
Nous souhaitons une éducation égale pour tous, ce qui n'est pas le cas, où est-il écrit que si une femme chante, les hommes doivent sortir ?
Il existe partout, y compris dans le monde orthodoxe des différences de pratique, il semble que la Halah'a ne soit pas la même pour tous. Ce qu'on voit en Israël, en France ou aux Etats Unis est très différend.
Toutes ces fermetures au femmes nous éloigne de la communauté, et nous disons aux rabbins, donnez nous des signes. Je suis une femme dans la synagogue et dans la cité.

Elie Korchia, vice président du consistoire, est venu à la fin de la table ronde faire une apparition, la Halah'a n'est jamais antinomique avec la volonté de faire avancer les choses dit-il, quel progrès de voir des femmes à qui on demande de prendre la tête des communautés ! Pour le judaïsme orthodoxe, les femmes peuvent s'épanouir , faire des choses sans faire les mêmes choses que les hommes. Les femmes ne feront pas contre les hommes, mais avec. Elles ne seront ni derrière, ni devant, mais à côté.

La rabbanit Adina Bar Shalom a parlé pendant la séance plénière,adina elle est la fille du Rav Ovadia Yossef, le mentor du parti Shass, orthodoxe sépharade, aux positions parfois contestées. (La justice israélienne avait condamné Salah Hamouri franco-palestinien pour avoir tenté de l'assassiner, Salah qui a toujours clamé son innocence, avait été libéré quasiment à la fin de sa peine après que Rav Ovadia Yossef eut donné son accord. )

La rabbanit nous a expliqué qu'Israël est un pays pionnier dans la condition féminine, mais qu'on est loin d'avoir atteint l'égalité, vu que le salaire féminin est 60 % du salaire masculin moyen . Il y a des mouvements pour l'égalité, mais la femme 'Haredi n'y participe pas. (Les juifs 'Haredi, littéralement craignant Dieu, suivent toutes les prescriptions de la Thora, et leur vie religieuse passe avant toute autre obligation)

La vie de la femme 'haredi est un sacerdoce, elle se dévoue pour que son mari puisse consacrer la sienne à étudier la Thora.
Son but est d'aider les autres, elle est fortement impliquée dans l'éducation, voir dans les métiers de la santé. Notre idéal et de donner une bonne éducation à nos enfants afin qu'ils puissent plus tard étudier la Thora.

L'exclusion des femmes a donné lieu à des manifestations répréhensibles, ceux qui veulent les exclure sont des sicaires, nous les rejetons, ils ne suivent pas notre Thora, ils ne sont pas des 'haredim. Il n'existe aucune interdiction à voyager avec les hommes dans le même autobus.

Je ne peux pas rester neutre devant la haine qui se développe entre 'Haredim et 'Hilonim (athées) . Le système actuel n'est pas viable à long terme, 60 % des harédim vivent en dessous du seuil de pauvreté. Tout le monde ne peut pas être rabbin, aussi il faut que les 'Haredim aient un métier. J'ai pris sur moi de créer l'Institut Harédi d'études supérieures, conforme aux normes et habitudes harédi.
Les hommes et femmes étudient séparément, il y a des rabbins, des crèches pour les mères de famille, en sortant les élèves seront outillés pour la vie. Les étudiantes ne pouvaient pas être à l'aise à l'université, un bébé dans un bras, un livre dans l'autre. Il y a onze ans, nous avions 23 étudiants, nous en avons aujourd'hui 2300, et 600 sont sortis diplômés.
En tout, 7000 harédim font des études supérieures en Israël aujourd'hui. Un tel résultat n'a été possible que grâce au mérite des femmes. Hommes et femmes agissent côte à côte, il était temps de le faire ! !

  Quel espoir pour les petites communautés en déclin ?

Nous avons eu droit à un exposé sur la communauté de Metz qui compte quand même huit cent cotisants, et qui a fait le forcing d'image à cette manifestation. Plaquette de présentation, publicité pour venir s'installer dans la capitale mosellane, ville attractive bénéficiant de tous les services communautaires souhaitables.

A l'opposé, on nous a parlé de Saint Dizier, d'où le dernier juif était parti, et qui a vu venir une famille riche et motivée qui a fait restaurer la synagogue où le chef de famille vient prier de temps en temps seul ou en famille. "La communauté est sauvée" nous a dit fièrement l'orateur qui confondait bâtiment et vie juive.

En fait l'exode des jeunes est souvent pathétique, le président de la communauté de Lunéville est très fier d'avoir une très belle synagogue ancienne, très grande, qui date de l'époque où la communauté était florissante. Il ne reste que vingt familles, mais les offices sont maintenus. Chacun est indispensable. On a fait deux appartements dans les locaux communautaires. " Envoyez nous de Paris les familles qui ont des problèmes " s'exclama-t-il, ici nous sommes chaleureux, il n'y a pas le stress parisien, la vie est moins chère, cela les aidera psychologiquement à résoudre leurs difficultés !

En région parisienne il y a des problèmes, si certains secteurs attirent, d'autres sont délaissés, le président d'Athis Mons voit aussi sa jeunesse se sauver, le sentiment d'insécurité incite les jeunes à fuir les zones où les HLM sont trop nombreux. Il reste souvent un patrimoine immobilier important en passe de tomber en deséhérence, comme à Aulnay sous Bois.

Le consistoire, a mis en place un outil, une équipe de jeunes volontaires qui se déplacent dans les petites communautés pour redonner un souffle le temps de leur présence. C'est La ‘Hazac, placée sous la Direction du Rav Menahem ENGELBERG.

Dans cette optique, le consistoire a constitué des équipes d’environ 4 à 6 jeunes, qui sont formées en liturgie et prise de parole en public, activités….. Ils ont pour mission d’apporter un renouveau dans ces Communautés Juives en organisant 6 Chabbatot par an, des activités, Talmud Torah, rencontres entre jeunes….

Aujourd’hui, ce sont 200 jeunes éparpillés dans toute la France, qui sont maintenant rassemblés par La’Hazac.

Toutefois, personne ne croit que cet effort puisse mettre fin au déclin démographique, dès lors, deux positions s'affrontent, soit encourager la fuite vers les grosses communautés voir Israël, soit essayer de récupérer les juifs qui ont quitté notre communauté et qui restent sur place. Le rabbin Abraham Kadosh a constaté que dans certaines régions, le taux de mariages mixtes atteint 80 %, dont la moitié se compose de femme épousant des non-juif, dont les enfant sont juifs selon la halah'a . Il a donc crée World Brith, une association qui pratique gratuitement la circoncision pour toutes les personnes adultes qui le demandent, à condition que leur mère soit juive. World Brith s'occupe beaucoup des mères célibataires, ou de celles qui se retrouvent seules après un divorce.

 

L'Exposition

Parmi les stands, il y avait la boutique à sandwichs, qui vendait aussi des salades, gâteaux et des boissons, mais lorsque la seconde table ronde fut épuisée, les salades étaient dans le même état, et moi aussi. Si bien que j'ai été tout heureux après dix minutes d'attente de pouvoir manger le sandwich tant attendu, il était bien 14 heures !

J'ai remarqué parmis les exposants, un stand remarquable de l'ACI de Metz, qui distribuait son journal, et faisait la promotion de la ville et de sa communauté. Non loin de là le Centre Jérome Cahen de Neuilly présentait ses activités.
D'autres associations tentaient de se faire connaître des événements. Par exemple du 15 au 18 juillet 2012 se tiendra à l'hôtel Marriott Paris le 32 ième congrès international de généalogie juive. ( http://www.paris2012.eu)
Le 3 avril 2012, tous les lecteurs de Mivy sont invités au premier congrès des amis d'Israël.

Certains mouvements de jeunesse étaient bien représentés en particulier Tikvaténou, qui il est vrai est une émanation directe du consistoire.
J'ai repéré le stand de World Brit, qui proposait des circoncision au cas où, et pas très loin, celui où on vous incitait fortement à mettre des tephilines... Il y avait le stand de la Gueniza qui vous expliquait quoi faire de vos vieux documents tout écrits en hébreu.

L'Agence juive proposait des stages de qualité en Israël correspondant aux formations suivies en France pour des étudiantes et étudiants (NissimM@Israelexperience.org.il)

Les marchands étaient là, on vendait des produits cachères, sur internet comme hypercacher, ou toute la saurisserie, d'excellents saumons fumés de la marque Fjord King qui pouvait vous faire saliver. (Contact : Ibenabou@fjordking.com ) . J'ai repéré un marchand de chapeaux pour dames, et autres tsinouteries, (Cherchez pas à comprendre, c'est un mot cabalistique) un autre vendait des robes et autres articles féminin de bon goût. On pouvait aussi acheter de la verroterie de chabbat, des objets d'arts, des livres... mais si tout cela vous rendait trop émotif, pour le prix exceptionnel de 1169 € au lieu de 1299 € vous pouviez partir avec un défibrilateur. Si voulez acheter des caméras de télésurveillance, alors retournez vite au 20 mars pour les retrouver sur le salon.

J'y ai vu bien sûr la presse, et Information Juive m'a offert des anciens numéros, il y avait un libraire, des traiteurs, des marchands de vin, ou de produits de beauté enfin toutes sortes de choses, mais le meilleur je vous le réserve pour la fin : Le codeventure des jeux de piste extraordinaires au Louvre... cliquez sur le lien je vous jure que cela vaut la peine ! (Beli Neder pour les connaisseurs)

Michel Lévy