facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/

 


Tu ne voleras pas לֹא תִגְנֹב


mardi, 21-Mai-2013
Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011,
2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017
trefle
 

A l'occasion de la fête de Shavouoth (Pentecôte juive), nous avons réuni quelques amis de la communauté juive de Dijon autour d'un repas lacté, avec le traditionnel gâteau au fromage blanc, et nous avons commenté la Thora. Je tiens à vous faire partager le fruit de mes recherches dans l'espace cybernétique, sur la huitième parole : "Tu ne voleras pas".

 

 

“La couronne de la Torah est posée et se tient disponible pour tout Israël […], celui qui la désire viendra et s’en saisira” (Maimonïde, Mishné Torah, hilchot talmoud torah 3:1)

Le vol, une interdiction vieille comme le monde !

C'est une des lois donnée à toute l'humanité, qui remonterait à Adam et Eve ! !

«Dès l'aube de la création du monde, D.ieu a décrété que l'homme devra observer six lois éthiques fondamentales. Ces six lois ont été créées afin de permettre la fondation d'une société unifiée fonctionnant harmonieusement, et elles ont été données en premier lieu à Adam et Eve et à leur progéniture dans le Jardin d'Eden.

Ce sont les interdictions générales de l'idolâtrie, du blasphème, de l'homicide, des relations sexuelles illicites, du vol, et le commandement actif d'établir des institutions chargées de rendre la justice.

Hélas l'homme n'a pas respecté ces ordres, et cela a introduit le déluge. Sans ces interdits, pourquoi l'homme aurait-il pêché pour mériter le déluge ? La thora, après le déluge rappel les ordres donnés à toute l'humanité, ce sont les sept lois Noahides, sept comme les couleurs de l'arc en ciel, les lois de Noé :

  • établir des tribunaux ;
  • interdiction de blasphémer ;
  • interdiction de l'idolâtrie ;
  • interdiction des unions illicites ;
  • interdiction de l'assassinat ;
  • 'interdiction du vol ;
  • interdiction de manger la chair arrachée à un animal vivant.

Tu ne voleras pas לֹא תִגְנֹב

On aurait du écrire : Ne vole pas ! אל תגנבו Al tignovou

Seulement, il ne s'agissait pas d'un ordre, mais d'un conseil, qui sous entend une certaine bienveillance, « voilà la conduite que tu auras, si tu souhaites, mériter l'alliance,»

Rachi, (1040-1105) fait remarquer que l'interdiction du vol est citée deux fois :

Rachi habitait Troyes qui a tenu à lui rendre hommage

- Une fois dans l'exode 20 : 13  (Paracha Ytro), et une fois dans le Deutéronome 5.17 (Paracha Vaethannan)

Dans Ytro il set écrit :
Tu ne voleras pas Il s’agit ici du vol de personnes. Quant à : « Vous ne volerez pas » (Wayiqra 19, 11 Paracha Kedochim ), il s’agit du vol d’argent. Mais ne s’agirait-il pas ici du vol d’argent, et là-bas du vol de personnes ? Appliquons le principe selon lequel une règle doit s’expliquer selon son contexte : De même que l’interdiction de tuer et celle de l’adultère sont sanctionnées par la peine de mort prononcée par le tribunal, de même l’interdiction de voler mentionnée ici est-elle celle sanctionnée par la peine de mort par strangulation prononcée par le tribunal (Sanhèdrin 86a)..
Le type du kidnaping est celui de Joseph : « J’ai été volé pour être vendu »   

Dans Vaethannans : Vous ne commettrez point de vol, point de dénégation ni de fraude au préjudice de votre prochain. (לֹא, תִּגְנֹבוּ; וְלֹא-תְכַחֲשׁוּ וְלֹא-תְשַׁקְּרוּ, אִישׁ בַּעֲמִיתוֹלֹא, תִּגְנֹבוּ; וְלֹא-תְכַחֲשׁוּ וְלֹא-תְשַׁקְּרוּ, אִישׁ בַּעֲמִיתוֹ ) Il s’agit ici de l’interdiction du vol d’argent, tandis que celle contenue dans les Dix Commandements concerne le vol de personnes. Cela résulte du principe selon lequel une règle doit s’expliquer selon son contexte. Or, il s’agit là-bas (Chemoth 20, 13) d’interdictions sanctionnées par la peine de mort prononcée par le tribunal (V. Rachi ibid.)

Mais Rachi ne fait pas l'unanimité

Ibn Ezra, l'Andalous, (1092-1167) contemporain de ses successeurs, en particulier de Rabénou Tam de Ramerupt (Aube) ne partage pas cette opinion. Pour lui לֹא תִגְנ fait référence au vol d’un objet en secret, il contient d’autre interdit, comme le fait d’être malhonnête, en commerce, de tricher avec les poids et mesure, voler des personnes, le kidnaping, :voir séduire, voler l’esprit des gens comme Absalon, ou Nemrod qui volait l’esprit des gens. Le texte décrit Nemrod comme ayant été « un puissant chasseur devant Hachem » (ibid. verset 8), ce qui signifie, explique Rachi citant le Midrach (Berèchith rabba 37, 2), qu’il « capturait » par ses paroles la pensée de ses contemporains, et qu’il les induisait en erreur en les incitant à se révolter contre Hachem.

 Les tables de la loi

Les dix paroles, sont symétriques, comme notre rabbin nous l’avait expliqué l’an passé, la table de gauche représente les commandements vis-à-vis de Dieu celle de droite des hommes.

Rachi le démontre à travers le chantique des cantiques :

Cantique des cantiques chapitre 4 «Tes deux seins sont comme deux faons, jumeaux d'une biche qui paissent parmi les roses. »

Rachi :
Comme deux faons, jumeaux d'une biche: ces deux seins correspondent aux deux tables de la Loi, comme des jumeaux de biche, qui se font face, cinq paroles face à cinq paroles, chaque parole en vis-à-vis d’une parole.

  • « Je suis » face à « Tu ne tueras pas », car qui tue diminue l’image divine ;
  •  « tu n’auras pas d’autres dieux » face à « tu ne commettras pas d’adultère » car celui qui suit l’idolâtrie ressemble à une femme infidèle à son mari en prenant des étrangers ;
  •  « Tu ne prononceras pas » en face de « tu ne voleras pas », car quiconque vole, finira par jurer en mensonge ; Si le vol consiste à s'approprier un bien appartenant à autrui pour en tirer un avantage personnel, on comprend aisément l'interdiction de prononcer le nom de Dieu à l'appui d'un faux serment : il s'agirait en l'occurrence d'utiliser quelque chose qui appartient à Dieu -son Nom- pour acquérir une crédibilité que l'on n'aurait pu obtenir autrement.
  •  « Souviens-toi » en face de « Tu ne feras pas de faux témoignage », car qui transgresse le Shabbath porte un faux témoignage sur son créateur, à savoir qu’Il n’a pas cessé au Shabbath du Commencement ;
  • « Respecte » en face de « Tu ne convoiteras pas », car celui qui convoite finira par enfanter un fils qui maudira son père et honorera celui qui n’est pas son père.
 

Le vol est une atteinte à la personne

Quiconque vole la valeur d'une proutah, c'est comme s'il lui avait enlevé la vie, ainsi qu'il est dit dans les proverbes 1.19 : "Telle est la vie de celui qui poursuit le lucre, il prend la vie" ou encore : "Ainsi arrive-t-il à tout homme avide de gain; La cupidité cause la perte de ceux qui s`y livrent. "  Tel est le sort auquel court quiconque poursuit le lucre: il coûte la vie à ceux qui l'ambitionnent."כֵּן--אָרְחוֹת, כָּל-בֹּצֵעַ בָּצַע; אֶת-נֶפֶשׁ בְּעָלָיו יִקָּח(

Dans le langage moderne, on trouve beaucoup de personne qui confondent leur avoir et leur être, "je suis moi en Duvernoye"; si bien que voler le Duvernoye de certaines personnes, c'est leur voler un peu d'eux même.

 

La propriété n'est pas un absolu

« La terre et tout ce qu’elle renferme appartient à Dieu » (Psaumes 24.1). לְדָוִד, מִזְמוֹר:לַיהוָה, הָאָרֶץ וּמְלוֹאָהּ; תֵּבֵל, וְיֹשְׁבֵי בָהּ Tout en ce monde appartient à Dieu ; les hommes ont reçu la permission de jouir de Son univers à condition de Le louer auparavant par une bénédiction. En effet, faire une «brakha» (bénédiction) revient à demander à Dieu d’autorisation à Dieu la permission de jouir de Son monde.
Les Sages enseignent : « Il est interdit à l’homme de jouir de ce monde-ci sans bénédiction. Toute personne qui profiterait de ce monde sans bénédiction commet une faute d’abus de propriété » (Berakhoth 35a).b

 

Le judaïsme a bâti toute une doctrine permettant de règler les problèmes juridiques complexes liés aux conflits de propriété. Maïmonide s'est attelé à cette tâche et dans le Michné thora, il a fait une synthèse des conclusions Hallahiques, et dit clairement quand il y a vol ou non, et quelles sont les règles à tenir. La Tora interdit toutes les formes de vol, quelle que soit la valeur de l’objet volé. Peu importe que la victime soit un Juif ou un

michne
Univers Thora annonce qu'on a trouvé un michné thora âgé de 600 ans qui est exposé à Jérusalem

non Juif, un mineur ou un majeur, un homme ou une femme (Michné Tora, Hilkhoth guenèva 1, 1 et 2 ). Certaines autorités considèrent, il est vrai, que l’interdiction du vol au préjudice d’un idolâtre n’est que d’origine rabbinique. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il soit permis : N’oublions pas qu’une grande partie de nos lois sur le Chabbath, la cacherouth et les prières sont, elles aussi, de source rabbinique, et que cela ne nous dispense pas de les observer.

Elle comprend l’interdiction des faux poids et mesures, l’obligation de restituer les objets trouvés y compris celle de partager tous renseignements propres à prévenir une perte financière - la défense d’utiliser la force pour s’approprier le bien d’autrui : rétention de salaires, détournement de fonds confiés à sa garde, pression sur quelqu’un pour le forcer à vendre ce dont il ne veut pas se séparer, même au prix du marché. Elle inclut peut être aussi les prises de contrôle hostiles et les procédés agressifs de vente.

Cette interdiction vise toute activité en vue de s’approprier le bien d’autrui contre sa volonté ou à son insu. De plus, ces dispositions, pour le Rambam comme pour le Ramban, font partie des lois noa‘hides, et s’appliquent par conséquent aussi aux non-Juifs. Le Rambam rattache certaines d’entre elles à l’injonction d’établir un système judiciaire juste, tandis que le Ramban les déduit toutes de : « Tu ne voleras pas ».

 

La Thora reconnaît trois types de vols :

  • Le vol le plus grave, est l’enlèvement  suivit d’une vente qui est punissable de la peine de mort si on en tiré profit. Si on ne l’a pas vendu, on ne l’a pas "méprisé au point d'en faire un objet de commerce", vendu à une tiers personne.
    La rançon est autre chose, s’il y a rançon à la famille il n’y a pas peine de mort
  • Le vol d’un objet   lignov  veut dire voler en cachette si on vole en cachette et si on est confondu par deux témoins, on doit payer le double, sauf si bien sûr on reconnaît soi-même le vol, auquel cas une simple restitution suffit.
  • Si par contre, on vol au grand jour, on ne doit pas payer le double, c'est moins grâve.
    En effet, la personne qui vole en cachette a peur des humains mais pas de Dieu, pour lui, l’homme est au dessu de Dieu, ses valeurs sont tronquées, celui qui vole au grand jour n’a plus peur des hommes que de Dieu, sa faute est moins lourde.
 

Les vols célèbres dans la thora

1°) Le vol d’un droit moral : Cas de Jacob qui vole la bénédiction destinée à son frère, ce qui tournera pour lui en malédiction et suite de déboires (Genèse Ch 27) ou celui
de Laban qui vole à Jacob sa nuit nuptiale d’avec Rachel (Genèse Ch 29 v 25)

2°) Le vol individuel d’un objet : Cas de Rachel qui vole à son père les dieux du foyer (Gen , 4)

3°) Le vol par exploitation du travail d’autrui : Cas de Laban qui exploite son gendre Jacob (Genèse Chap 31 v 38 à 42)

4°) Le vol privatif sous toute ses formes Mesures de liquide farine etc…justes, balance juste, ne pas déplacer une borne, ne pas exercer d’usure etc…

5°) Le vol collectif en razzia, cas des fils de Jacob qui, sous l’instigation de Simeon et Levi se livrent au pillage en razzia (Genèse Ch 34)

   
 

Le plagiat est-il un vol ?

Dans toutes les définitions que j'ai trouvé du vol, on constate une manoeuvre frauduleuse ou violente dans le but de s'enrichir. Or il n'y a rien de cela dans la plagiat.
Pourtant, la thora est très sévère sur ce point :

"Qui rapporte une parole au nom de son auteur approche la délivrance au monde." (Avot 6, 6) ».

« l'une des raisons pour laquelle on a longtemps incriminé le Rambam (Maïmonide) vient du fait que même s'il a su avec brio résumer l'intégralité de la Tradition orale et la loi rabbinique, il n'a cité aucune source. Non qu'il ait fait du plagiat loin de là, il donne lui-même au début de son livre les raisons de ce choix. C'est ainsi qu'il dit en conclusion : ‘c’est pourquoi je l’ai appelé le Michnéh Torah, car l’homme qui lira d’abord la Torah écrite, et ensuite passera directement par ce livre, accèdera à la connaissance de toute la Torah orale, sans avoir besoin de lire un autre livre entre les deux’» . ( Hervé Elie Bokobza) Ce cas exceptionnel dans la tradition rabbinique, et l’histoire de sa réception, ne vient qu’appuyer les dangers que représente une torah privée de sa généalogie… Parmi les principaux : la vanité.

 

On peut remarquer que ni la Thora, ni le Michné Thora n'imaginent un vol sans qu'il n'y ait de préjudice, les auteurs plagiés sont morts, les livres et écrits copiés, n'auront aucun impact sur les ventes.

Les hommes de génie ont tous eu la conscience d’être, de près ou de loin, des plagiaires, ne serait-ce qu’au regard de la pensée de Pascal qui estime que « c’est de la même balle dont chacun se sert mais chacun la place mieux ».
Même aujourd'hui, en droit français, le plagiat n'est pas puni, il faut pour cela qu'il entre dans la catégorie des "contre façons" .
On a toujours beaucoup plagié, mais aujourd'hui avec l'ordinateur, il est facile de repérer ce qui était dissimulé. Tous les auteurs deviennent facilement démasquables, donc fragiles.

Notre Grand Rabbin, a laissé dire qu'il avait une agrégation, il n'avait pas le diplôme, mais il avait parmi ses élèves des agrégés ! il ressemblait à un conducteur sans permis qui n'aurait roulé pendant des années sans accident. Il a plagié en veux tu en voilà, mais faisait des cours de qualité sans lire ses notes, sur Facebook, je n'ai lu qu'une seule personne trouvant à redire à son enseignement.

Devant l'évidence, il a reconnu les faits, il a tenté de rester en poste, mais le consistoire lui a fait comprendre qu'il avait perdu sa crédibilité et qu'il ne pouvait plus exercer cette fonction éminente, aussi a-t-il démissionné, tout en se mettant au service de la communauté.

On s'est demandé pourquoi les chiens avaient été lâchés, beaucoup de monde dans les milieux bien informés savaient qu'il avait plagié, et qu'il y avait des doutes sur son diplôme, mes ses prises de positions en flèche contre le mariage pour tous en ont fait une cible privilégiée pour certaines personnes d'influences, cette hostilité a trouvé un allié naturelle dans la branche la plus conservatrice du Grand Rabbinat.

Dans un vibrant playdoyer, Armand Abecassis s'étonne, comment se fait-il ? Moïse a pêché six fois, et Moïse est resté Moïse, Myriam est restée Myriam, et il en est de même pour tous les maîtres de la guemara. Comment vont-il obtenir le pardon, le jour de Kippour ceux qui ne lui ont pas pardonné ? ? Giles a représenté une ouverture qui ne cède en rien à la fidélité, il a eu le courage de la relation à la culture générale et à la "Horma. Une pétition en ligne a été ouverte pour soutenir le Grand Rabbin dont l'oeuvre a été appréciée.

 

 

 

Quelques indication Bibliographiques sommaires