facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/

 


Ovadia Yossef
L'homme et l'icône


mercredi, 23-Oct-2013
Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011,
2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017
trefle Le chef incontesté du puissant parti orthodoxe sépharade Shass, est mort âgé de 93 ans. Ovadia Yossef avait une érudition unique dans sa génération. Cette autorité a servi l'Etat en autorisant ce que d'autres auraient interdit. Toutefois, son entrée en politique a été malheureuse, il aurait pu mener Israël sur le chemin de l'Iran des Ayatolah.
 

 

Ovadia Yossef est né à Bagdad, mais à quitté l'Irak dès l'âge de quatre ans, président du Tribunal rabbinique du Caire en 1947, Grand rabbin de Tel-Aviv en 1968, Grand Rabbin Sépharade d'Israël, dont l'influence débordait largement sur monde ashkenaze, l'érudition de ce maître, a été unanimement salué,

L'Erudit

Il était un génie de la jurisprudence religieuse. Un domaine auquel il a consacré 39 ouvrages. Des livres qui lui vaudront, en 1970, le Prix Israël, la plus prestigieuse des récompenses israéliennes.

Hervé Elie Bokobza n'hésite pas à le qualifier d'encyclopédie vivante, « Plus de cinquante pour cent des œuvres qu’il mentionne dans ses ouvrages sont quasiment inconnus même des plus grands érudits. »

Le Talmud dit qu'il y a plus de mérite à autoriser qu'à interdire, et Rachi explique, celui qui veut autoriser ce qui ne l'est pas doit trouver des arguments solides, alors que pour interdire il suffit de se référer aux textes. Ainsi, alors que la tradition askenaze tendait à rendre les lois plus compliquées Rav Ovadia Yossef agissait pour les rendre plus simples, et il avait les moyens de convaincre grâce à son érudition unique.

Le Grand Rabbin des Orientaux (Mizh'arim)

Ovadia Yossef, grand rabbin Sépharade, mais l'était-il vraiment ? on peut en douter, le mot Sépharade signifie Espagne, le judaïsme occidental s'est divisé après l'exode forcé de l'éblouissante communauté juive espagnole en deux courants ayant chacune adopté des coutumes différentes, et étant toutes deux influencées par leur entourage humain. Les juifs de l'Ouest suivaient le rite espagnole s'ils vivaient en milieu musulman, (Afrique du Nord, Turquie, Roumanie, Grèce, Bulgarie, Proche Orient), ou le rite allemand s'ils vivaient dans la Vallée du Rhin ou plus à l'Est. On appele Askenaze ceux qui ont suivi le rite allemand qui étaient surtout nombreux en Europe de l'Est, Pologne, Ukraine et Pays Baltes.

Ovadia Yossef, grand rabbin Sépharade d'Israël, mais était-il vraiment sépharade ? on peut en douter, le mot Sépharade signifie Espagne, le judaïsme occidental s'est divisé après l'exode forcé de l'éblouissante communauté juive espagnole en deux courants ayant chacune adopté des coutumes différentes, et étant toutes deux influencées par leur entourage humain.

  • Ils suivaient le rite espagnole s'ils vivaient en milieu musulman, (Afrique du Nord, du Maroc à l'Egypte, et de l'ancien empire Turque, (Roumanie, Grèce, Bulgarie etc.. ), on les appelaient Sépharades
  • Ou le rite allemand s'ils vivaient dans la Vallée du Rhin ou plus à l'Est. On appele Askenaze ceux qui ont suivi le rite allemand, ils étaient surtout nombreux en Europe de l'Est, Pologne, Ukraine et Pays Baltes.

En Israël, beaucoup de "sépharades" n'ont aucune origine espagnole, ils viennent par exemple d'Irak, comme Ovadia Yossef, d'Iran, du Yemen, du Kurdistan, d'Indes, voir d'Ethiopie. Pour cela on préfère en Israël l'appellation "Mizh'arim" orientaux à celle de Sépharade, il existe un "grand rabbin sépharade" qui compétence sur tous les orientaux.

Ovadia Yossef a voulu redonner ses lettres de noblesse au judaïsme oriental

L'Etat d'Israël a été monté par des juifs ashkenazes venus d'Europe de l'Est ou d'Allemagne. Ils considéraient avec mépris les orientaux, marocains, yéménites ou irakiens, défavorisés, exclus de tous les rouages de l'état, ils se sentaient victimes de racisme.
Ces orientaux, généralement plus religieux, et plus modérés dans leurs pratiques ont été fédérés par la personnalité d'Ovadia Yossef.

Il a tenté et réussi d'unifier les traditions religieuses des communautés non-ashkenazes selon le "Choulhan Aroukh" de Joseph Karo. Son ambition était d'unifier ashkenazes et sépharades, mais il n'en eut pas le temps. C'est lui qui a suscité le parti Shass, parti orthodoxe oriental, rapidement indispensable pour former toutes les coalitions.

ovadia bénit

Ce parti a donné une tribune politique à Rav Ovadia Yossef, son mentor. Nommé grand rabbin d'Israël Sépharade, appuyé par le Shass, doté d'une érudition unique, le rabbi a réussi à convaincre et à imposer des mesures indispensables pour la société israélienne.

  • Il a fait reconnaître comme juifs des communautés éloignées du judaïsme talmudique, comme les falashas, (juifs noirs venus d'Ethiopie), ou les Karaïtes. « ils sont juifs, ils n’ont pas besoin de conversion ! » avait-il lancé. Il est allé jusqu'à autoriser les Cohen à se marier avec des Éthiopiens, on sait que la Halah'a interdit aux Cohen de se marier avec des convertis.
  • Il a trouvé le moyen de faire reconnaître le veuvage des femmes dont le mari avait été tué pendant la guerre de Kippour (1973), et dont le corps n'avait pas été retrouvé. Ainsi les femmes pouvait se remarier. En Israël, le mariage civil n'est pas encore institué, et les rabbins ont le monopole de l'Etat civil. Ces décisions rabbiniques impactent donc tous les juifs y compris les athées.
  • Il a permis la conversion rapide des juifs venus d'URSS, beaucoup n'avaient qu'un ancêtre juifs, certains même aucun ! cette facilité a permis une intégration rapide dans le pays.
  • Il a permis religieusement au gouvernement Israélien d'évacuer le Sinaï, en affirmant qu'en échange d'une paix véritable, on pouvait évacuer des territoires. Les terres étaient précieuses, « La vie est plus importante que les territoires »,
  • Toutefois, il s'est abstenu lors des accords d'Oslo en 1994, car il n'était pas sûr que la paix serait au bout des évacuations.
 

Il a fondé et est resté le chef spirituel du parti Shas

Après avoir quitté la fonction de grand rabbin sépharade, Ovadia Yossef est resté un leader incontesté de la communauté. Il a soutenu dès sa création le parti orthodoxe sépharade Shas, qui devait représenter les juifs orientaux religieux. A l'origine peu engagé politiquement, Shas était compatible avec la droite et la gauche. Enthousiasmés, en quête d'une revanche sur l'establishment ashkénaze, les juifs orientaux vont très vite acclamer ce nouveau mouvement et rentrer en masse dans son réseau éducatif qui, de la maternelle au collège, outre l'enseignement de la Torah, offre toute sorte d'avantages sociaux, comme les transports scolaires et les repas gratuits.

Profitant du système électoral israélien, (scrutin par liste, le pays ne formant qu'une seule circonscription, proportionnelle intégrale) le Shas a eu un nombre important de députés, pas assez pour former un gouvernement, mais suffisamment pour être indispensable aux uns ou aux autres pour former une coalition.

En échange d'un budget satisfaisant pour son système scolaire, Le Chas a soutenu tous les gouvernements pendant plus de vingt ans. Ovadia Yossef avait un rôle pro éminent dans le parti, qui était dirigé par un conseil des sages dont il était responsable. En fait, c'est lui, le guide suprème qui désignait seul les candidats figurant sur les listes électorales. Le parti Shass dispose de la même structure de Conseil des Sages que le régime iranien, comme lui il est dominé par le Guide suprême.

 

Sa puissance et son franc parler ont fini par déranger

Le Rabbin Ovadia Yossef, a fini par accumuler une immense fortune, qui provenait des sommes énormes attribuées à son système éducatif, par les divers gouvernements, et par le contrôle religieux des aliments.

Le système scolaire de Rav Ovadia Yossef est très important, largement financé par l'état, il n'est pas cher, et permet à des familles modestes de suivre une scolarité où l'on enseigne la Thora beaucoup, le reste un peu. Le niveau moyen n'est pas réputé pour son excellence, et ne permet pas aux élèves d'obtenir des places pro éminente dans la société. Certains ont pu dire qu'il maintenait la population sépharade dans la pauvreté et la religion, et que ce serait un moyen d'accroître la domination du Rabbin sur ses électeurs.

A côté de cela, Ovadia Yossef était très médiatique, il animait une émission de télévision retransmise par internet dans le monde entier. Très enjoué et familier, il avait l'habitude de donner des claques amicales à tous ses invités, qu'ils soient balayeur ou ministre. Il maitrisait parfaitement les expressions familière, populaires utilisé par le petit peuple, il maniait l'injure en hébreu et en arabe avec la plus grande facilité.

Au cours de ses cours publics on l'a entendu prononcer des phrases qu'il n'aurait jamais du prononcer, des propos tout à fait scandaleux :

  • Le Grand Rabbin séfarade, le Rav Ovadia Yossef Chlita, a déclaré en 2012 que nos prières de Rosh Hashanah doivent être dirigée contre l’Iran et le Hezbollah. Il a appelé aujourd’hui tous les Juifs pour la nouvelle année, à demander dans nos tefilot la fin de nos ennemis qui nous haïssent (Iran) et l’extermination de leur pays en incluant le Hezbollah et les supprimer de la surface de la Terre.
  • Après l’ouragan qui a frappé La Nouvelle-Orléans, il a déclaré : Il y a eu un tsunami et il y a eu des désastres terribles, parce qu’on n’étudie pas assez la Torah. Les Noirs habitent là-bas, la Nouvelle Orléans. Les Noirs étudient-ils la Torah ? Dieu a dit envoyons-leur un tsunami et noyons-les. Bush était derrière les expulsions de Gush Katif à Gaza, il a encouragé Sharon à vider Gush Katif. Nous avons eu 15.000 expulsions en Israël, et il y a eu aux États-Unis 150.000 morts. C’était la rétribution divine ; Dieu donne à chacun ce qu’il mérite».
  • A propos de Shulamit Aloni [dirigeante historique de la gauche pacifiste et laïque], il a déclaré : “Le jour où elle mourra, il faudra organiser un festin.
  • Il s’est moqué d’Obama en le traitant d’“esclave”. A une autre occasion, il a décrété que “marcher entre deux femmes, c’est marcher entre deux ânes”. et sur Yossi Sarid “C’est le mal incarné. Il faut l’extirper de ce monde, le pendre haut et court.”
  • “Puissent-ils ( Mahmoud Abbas et ses amis) disparaître de la Terre. Puisse Dieu envoyer un fléau aux Palestiniens, ces enfants d’Ismaël, ces vils ennemis d’Israël.” ou encore sur les arabes de Jérusalem
  • En juillet 2001, il s’était attaqué aux Arabes de Jérusalem : « Dans la vieille ville de Jérusalem les Arabes fourmillent. Qu’ils aillent en enfer et le Messie les y conduira vite».
  • Il a soutenu que les victimes des nazis étaient des « âmes pécheresses réincarnées qui devaient expier par ce biais »

    A ce sujet Binyamin Benhamou m'a fait remarquer ceci :
    « Le Arizal (Rabbi Itsh'ak Louria Ashkénazi de Safed) nous a révélé que les âmes des dernières générations avant la Délivrance finale seront toutes des âmes ayant déjà eu un passage sur Terre. Cette notion s'appelle le Guilgoul en hébreu ou réincarnation. Ceci signifie qu'elles viendront achever de "réparer" les dégâts spirituels des générations qui les ont précédées. La Shoa qui a eu lieu il y a 70 ans s'inscrit dans ce plan divin, afin de hâter la venue du Messie, en prenant les âmes de Juifs innocents qui acceptent de s'y soumettre et qui réalisent de par là-même la "Réparation ultime". 

    C'est dans cette optique que le Rav Ovadia avait parlé d'âmes de pêcheurs et non de pêcheurs eux-mêmes !
    »

  • Il a interprété en octobre 2010 les Lois de la Torah sous un angle tout à fait personnel : « Les Goyim (non juifs) ne sont nés que pour nous servir. En dehors de cela ils n’ont aucune place dans ce monde sauf celle de servir le peuple d’Israël. En Israël, la mort n’a pas d’emprise sur eux. Ils vont travailler, ils vont labourer, ils vont récolter. Nous nous assiérons comme un effendi pour manger. C’est pour ça que les Goyim ont été créés».
  • Parce qu’ils lui faisaient de l’ombre, il a descendu en flammes les religieux sionistes dirigés par le ministre Naftali Bennett. Ainsi il a estimé que ces religieux modernes, qui font l’armée et participent à la vie économique du pays, «ne doivent pas être considérés comme religieux et sont des goyim qui cherchent à abolir la Torah». Ses critiques excessives ont fini par le déconsidérer auprès de ceux qui le respectaient encore.

 

 

Ces propos n'ont pas terni son image au sein d'un public ultra orthodoxe

Par exemple, pour e Gaon, le Rav Réouven Elbaz, Roch-yéchiva et directeur des institutions "Or ha'Haim", élève du Rav Ovadia Yossef, qu'il côtoyait quotidiennement.

« Le Rav Ovadia n'était pas un homme, mais un ange, le parti politique "Shass" a été créé uniquement pour développer la Torah en Erets Israel »
C'est lui-même qui a récolté en France les fonds pour notre Yéchiva Or ha'Haim

 

Enterré, quasiment le jour de son décès selon la tradition juive, il a été porté en terre sans cercueil, directement porté par ses disciples et accompagné d'une foule immense de plusieurs centaines de milliers de personnes. Peut être plus de monde à son enterrement que de juifs dans le pays d'Israël lors de l'indépendance ! !

Or, l'assistance était quasiment exclusivement masculine, et les gens habillés en Ashkenazes, où était passé le judaïsme sépharade bon enfant qui dominait en Afrique du Nord par exemple ? ?

cliquer sur la suite pour voir la vidéo des obsèques

Obsèques de Ovadia Yossef
 
 

L'évolution du parti Shas présente un danger pour l'Etat démocratique.

A la fin de sa vie, le Rabbin Ovadia Yossef a fini par irriter sérieusement une large partie du monde politique, son parti a vu naître à ses côté un puissant mouvement nationaliste religieux avec qui les relations étaient rapidement devenues très mauvaises.

En Ovadia Yossef encourageait indirectement la marginalisation du public religieux avec son réseau d'écoles qui ne menaient pas vers la vie active, il rejoignait les ultra religieux askenazes en dénonçant l'État laïque. Ainsi, il supprimé de la liturgie la bénédiction faite à l'Etat lors de l'office du matin pour le Samedi et les fêtes. Il a affirmé qu'une «armée où les femmes et les hommes sont mélangés ne mérite aucune bénédiction».

La sanction a fini par tomber, et le dernier gouvernement dirigé par Benjamin Netanhahu a préféré écarter le Shas pour gouverner avec les nationalistes religieux de Naftali Bennett.

Le parti Shas a rejoint la mouvance 'Haredi, craignant Dieu mouvance ultra orthodoxe, souhaitant transformer Israël en République Judaïque, comme il existe une République Islamique en Iran. La structure mise en place par Ovadia Yossef n'est pas sans rappeler le conseil du discernement Iranien, qui a en fait les pleins pouvoirs, et dont tous les membres sont nommés par le guide suprême.

Lorsque Benjamin Netanyahu est allé présenter ses condoléance aux proches du Rabbin Ovadia Yossef, ces derniers lui ont fait une supplique, «Je vous en prie, laissez nos garçons ne pas faire l'armée»

Il est donc tout à fait clair que la priorité du Shas n'est pas l'égalité ni la justice sociale, ce n'est pas de lutter contre les éventuelles discriminations dont pourraient souffrir les orientaux, mais bel et bien d'instaurer en Israël un État théocratique dont le Guide suprême serait le porte parole.
Dans de telles conditions, on devine aisément que les luttes pour le pouvoir au sein du parti après le décès de Rav Ovadia Yossef sont sans merci.

La société israélienne n'accepte pas cette vision du monde si orientale, si proche de la vision islamique, la majorité veut une société à l'occidentale et démocratique. Le choix de Nethanyahu de conclure avec Naftali Bennett et d'écarter le Shas est logique. La foule assistant aux funérailles montre que le danger n'est pas que virtuel.

 

Mais n'oublions pas qu'Ovadia Yossef était un puis de sciences.

Rav Ovadia est donc mort honoré à 93 ans, personne ne connaissait la loi juive aussi bien que lui, il n'a pas de successeurs. Il n'a pas été le penseur capable d'actualiser en profondeur le judaïsme, seulement un excellent juriste capable de résoudre dans le cadre de la loi, beaucoup de cas concrets, difficilement solubles sans ses compétences.

Il n'aurait jamais du faire de politique. Le judaïsme aurait besoin d'un penseur ayant les connaissances d'Ovadia Yossef, et la volonté de rendre au judaïsme son caractère universel et novateur qu'il avait il y a deux mille ans.

La conclusion je l'emprunte à Elisabeth Garrault (Maariv) Au rav Ovadia Yosef il faut appliquer les paroles du tanna Rabbi Méïr : « j’ai mangé l’intérieur, mais j’ai jeté l’écorce » et l’intérieur du rav Ovadia Yosef za"l est supérieur à son écorce

Michel Lévy

Bibliographie :
Vous trouverez ici une sélection d'articles qui m'ont permi de rédiger cette synthèse