facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/

 


Incendie de l'église de Tabgha - Revue de Presse

Jeudi, 09-Jul-2015
Pour réagir, https://www.facebook.com/midith
ou s'abonner à la liste de diffusion : michel.levy@orange.fr


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011,
2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017
trefle
Pour commenter...
 
facebook
 
 

source : THE TIMES OF ISRAËL    

Le président de la Knesset signe le premier chèque pour l'église incendiée

Soutenu par le président du Parlement d'Israël, un groupe de rabbins a lancé une campagne de collecte de fonds pour remettre à neuf l'église incendiée il y a 10 jours, probablement par des extrémistes juifs. 
Le rabbin Goshen-Gottstein déplore que l'orthodoxie israélienne manque d'ouverture envers les autres religions


ELHANAN MILLER 29 juin 2015, 15:31 2  

 

Yuli Edelstein, le président de la Knesset, rencontre un groupe de rabbins orthodoxes dans son bureau suite à l'incendie de l'église Tabgha, le 25 juin 2015 (Source : page Facebook de Yuli Edelstein)

Elhanan Miller est le journaliste de Time of Israël spécialiste des affaires arabes

Soutenu par le président du Parlement d'Israël, un groupe de rabbins a lancé une campagne de collecte de fonds pour remettre à neuf l'église incendiée il y a 10 jours, probablement par des extrémistes juifs.

L'Eglise de la Multiplication des pains et des poissons à Tabgha, sur la rive nord de la mer de Galilée, a été incendiée et tagué le 18 juin. Des graffitis anti-chrétiens ont été griffonnés en hébreu sur le mur de l'église dans une attaque qui a été condamnée par tout le spectre politique d'Israël, y compris par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Un groupe de 16 jeunes a été interrogé par la police dans le cadre de l'enquête sur l'attaque mais a été libéré peu de temps après.

Le rabbin Alon Goshen-Gottstein, le directeur de l'Institut Elijah Interfaith, qui tente d'instaurer le dialogue entre le judaïsme et les religions du monde a décidé d'organiser une campagne de financement quand il a réalisé que la motivation qui a amené à l'incendie criminel de Tabgha « était exclusivement religieuse ».

« S'ils [les incendiaires] n'avaient pas écrit 'les fausses idoles seront éliminés' [un extrait de la prière juive de l'Aleinu], je n'aurais pas agi », a déclaré Goshen-Gottstein au The Times of Israël. « C'est la première fois qu'ils se sont basés sur une citation des sources pour agir. Voilà un changement qualitatif ; quelque chose de complètement différent, et les gens doivent donc parler au nom de la religion et dire 'non'. »

Goshen-Gottestein a rapidement recruté Tag Meir, un groupe israélien qui combat les crimes de haine commis par des Juifs, et Mosaica, un groupe interconfessionnel dirigé par l'ancien chef de file de Meimad, le rabbin Michaël Melchior. Ensemble, les trois groupes ont réussi à convaincre 16 grands rabbins orthodoxes de soutenir la campagne de collecte de fonds relayé par le site israélien Mimoona. Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, a fait don du premier chèque à la campagne, a souligné Goshen-Goldstein.

« Ce n'est plus le moment pour les condamnations, mais pour les actions », a écrit Edelstein sur sa page Facebook jeudi. « En tant que Juif, je me suis senti humilié par l'incendie criminel et j'espère que cela va aider l'église et, surtout, contribuer à la tolérance entre toutes les religions. » 

Selon Goshen-Gottstein, en sus de ses motifs altruistes, le président de la Knesset a également fait l'objet d'une pression importante de la part de diplomates allemands, compte tenu du fait que l'église est gérée par l'église catholique allemande.

« Un jour plus tôt, il avait accueilli le président du Bundestag. Cette question est cruciale pour lui (Edelstein), parce qu'il a vu les dégâts causées aux relations israélo-allemandes. Il a été interrogé par l'ambassadeur allemand à propos de la raison pour laquelle nous ne sommes pas en mesure de garder le secteur national-religieux sous contrôle », a-t-il dit.

C'est en effet sur la communauté orthodoxe d'Israël que Goshen-Gottstein a décidé de concentrer sa campagne. Des rabbins éminents, tels que Nahum Rabinovitch de Maale Adumim, Shlomo Riskin d'Efrat et l'ancien dirigeant du parti HaBayit HaYehudi, Daniel Hershkowitz, ont tous apporté leur soutien à cette campagne, surprenant les membres de leur communautés qui sont parfois hostiles envers le christianisme, a-t-il noté.

« Nous savons que le problème vient de la communauté Dati Leumi (National-religieuse) », a déclaré Goshen-Gottstein, lui-même un rabbin orthodoxe éduqué dans le système des Yeshivot Hesder d'Israël.
Pour lui, la campagne ne porte pas sur l'argent – son but est de collecter 50 000 shekels, bien loin du coût réel de la reconstruction – mais plutôt sur l'envoi d'un message : les rabbins ne toléreront plus la violence motivée par la religion.



Photo : Un graffiti sur le mur d'un monastère de Latroun mentionnant Ramat Migron et Maoz Esther le 4 septembre 2012 (Crédit : Yoav Ari Dudkevitch / Flash90)

« Ceci est une façon de demander un soutien plus sincère du public (…) quand les rabbins condamnent, les gens ne les croient pas ; ils ont le sentiment qu'ils (les rabbins) doivent le dire… si les rabbins donnent de l'argent, ou sont derrière ces initiatives, vous savez qu'ils ne mentent pas. »

Bien que la campagne n'ait recueilli que 1 900 shekels pour l'instant, Goshen-Gottstein a été heureux de voir les messages qui commencent déjà à lui parvenir sous la forme de débats ouverts sur les sites religieux israéliens.
« [Les gens se demandent:] 'quoi, Rabinovitch a signé ? Quoi, les rabbins font cela ?' C'est comme si je mettais un virus dans leur système ; en les poussant à réfléchir. »
Pour Goshen-Gottstein, cependant, la campagne vise non seulement à rééduquer ses partisans – pour qu'ils s'opposent à la violence religieuse -, mais aussi à réexaminer leur attitude de base vis-à-vis du christianisme.

« Ici, en Israël, nous avons perdu quelque chose. Il y a une mentalité ghettoïsée. Nous nous regardons seulement nous-mêmes et nous sommes inconsciemment revenus à la position que le christianisme est une idolâtrie. Si on dit que le christianisme est une idolâtrie, alors si quelqu'un brûle une église, ce n'est pas si mal. Voilà en gros comment vous pouvez résumer notre réalité. »

La décision des érudits juifs de présumer que le christianisme est une religion purement monothéiste et pas de l'idolâtrie a été abrogée dans la pensée religieuse israélienne, a expliqué Goshen-Gottstein. Ce n'est donc pas surprenant, a-t-il maintenu, que la plupart des rabbins les plus éminents qui se joignent à la campagne soient d'origine américaine.
« Il y a vraiment une différence de mentalité entre le rabbinat israélien et le rabbinat non-israélien », a-t-il conclu.

 

Israël/incendie de l'église de la Multiplication : le Shin Bet ouvre une enquête

 

Netanyahou dénonce un acte "choquant" et rappelle: "la liberté de culte est l'un des pillers d'Israël"

Photo courtesy of Israel Ministry of TourismPhoto courtesy of Israel Ministry of Tourism"Church of the Multiplication of the Loaves and Fishes at Tabgha"
La police a relâché jeudi avoir 16 jeunes Israéliens, originaires d'implantations juives en Cisjordanie, qui étaient soupçonnés d'être les auteurs de l'incendie de l'église de la Multiplication de Tagbha (nord) qui s'est déclaré dans la nuit de mercredi. Le Premier ministre israélien dénonce un acte "choquant" et charge le Shin Bet d'ouvrir une enquête accélérée.

Les jeunes, âges de 15 à 16 ans, étaient des étudiants dans une yeshiva (centre d'études juives) de l'implantation de Yitzhar qui fait partie des fiefs les plus actifs de la mouvance "prix à payer" et a été le théâtre de nombreux affrontements entre les extrémistes juifs et les forces de l'ordre israélienne.

"Dans un secteur proche de l'église, 16 jeunes ont été interpellés dans le cadre de l'enquête pour vérifier s'ils sont impliqués dans l'incident qui a eu lieu avant l'aube", a dit la porte-parole de la police Luba Samri dans un communiqué à propos de cette église du nord d'Israël.

Dans la nuit de jeudi à mercredi, un incendie s'est déclarée dans la fameuse église de la Multiplication des pains et des poissons située dans la ville de Tagbha, situé au nord du Lac de Tibériade (nord).

"La liberté de culte, pillier de l'Etat d'Israël"

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a dénoncé un acte "choquant" , estimant qu'il avait touché "tous" les Israéliens. "La liberté de culte est l'un des pillers d'Israël", a déclaré le Premier ministre, "la haine et l'intolérance n'ont pas leur place dans notre société".

Netanyahou a chargé le chef du Shin Bet de mener une enquête accélérée afin de punir les responsables. Le président israélien Reuven Rivlin a pour sa part évoqué une "terrible profanation". "Il ya des gens de toutes les confessions en Israël qui veulent vivre ensemble en harmonie, dans le respect et la solidarité. Nous sommes engagés, en tant qu'Etat, à protéger les lieux saints de toutes les religions", a assuré le président.

La police qui évoque des motivations criminelles, avait retrouvé un graffiti sur un mur de l'église indiquant : "les fausses idoles seront brisées".  Selon la tradition chrétienne, c'est dans l'église de la Multiplication​ que Jésus a accompli le miracle de la "Multiplication des pains et des poissons", grâce auquel il a nourri ses fidèles.

Les bureaux et les entrepôts de l'église ont été endommagés, et la salle de prière a également subi de légers dégâts dus à la fumée. Des photos publiées par la police montrent un plafond, des sols et des portes endommagées par le sinistre.

La police a déclaré que deux personnes ont été soignées, après avoir inhalé de la fumée.  Les pompiers se sont rapidement rendu sur les lieux, et ont fini par maîtrisé l'incendie en tout début de matinée.

Le site de Tabgha, qui est un site de pèlerinage important des Chrétiens en Israël​, avait déjà été visé en avril 2014, peu avant la visite du pape en Terre sainte. Selon des responsables catholiques, de très jeunes juifs religieux avaient endommagé des croix et s'en étaient pris à des religieux.

Depuis des années, des activistes d'extrême droite se livrent en Israël et en Cisjordanie, sous le label "le prix à payer", à des agressions et des actes de vandalisme contre des Palestiniens, des Arabes israéliens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, ou même l'armée israélienne.

(i24news avec AFP)

 

Quelques extraits


La boutique de souvenirs, l'office pour les pèlerins et la salle de réunion ont été le plus endommagés, alors que les bibles et livres de prières ont été détruits par le feu. Cependant, la zone de prière de l'église est resté intacte, a fait savoir le père de l'église Matthias Karl.

Sur le mur de l'église a été peint le passage d'une prière juive qui appelait à «bannir les faux dieux».

Ces dernières années, les mosquées et les églises ont souvent été visées par des attaques similaires, qui sont la plupart du temps attribuées à des extrémistes juifs des colonies israéliennes de Cisjordanie. L'année dernière, un groupe de jeunes israéliens a attaqué la zone de prière de cette même église de la Multiplication en plein air le long du lac de Tibériade, en jetant des pierres vers les croyants. Les attaquants ont également détruit une croix et jeté des bancs dans le lac.

L'église catholique de la Multiplication, qui désigne le lieu du miracle des pains et des poissons du Jésus, se trouve à Tabgha, dans le nord-est de l'Israël. Quelques 5 000 personnes visitent chaque jour l'église, selon le chef de l'ordre de Saint-Benoît en Israël père Gregory Collins.

http://francais.rt.com/international/3412-israel-eglise-catholique-incendie

Les pompiers, qui ont réussi à maîtriser l'incendie dans l'église catholique située sur le lieu que la tradition chrétienne reconnaît comme celui où Jésus a multiplié les pains (Marc 34-44), ont découvert une inscription sur l'un des murs de l'établissement. « Tu retrancheras les fausses divinités », peut-on lire en hébreu sur le mur de l'église brûlée.

Cette citation est extraite de la prière Alénou LeShabéah (« Il nous appartient de louer le Maître de tout ») récitée à la fin des trois prières quotidiennes, louant Dieu et lui demandant « d'éliminer les idoles de la terre et d'anéantir les icônes afin de parfaire le monde par le règne du Tout-Puissant ».

Le député travailliste Nahman Shaï a condamné l'incendie et déclaré : « La profanation de l'église à Tabgha porte gravement atteinte à Israël et remet en cause son image d'État respectant la liberté de culte. » Le député du Camp sioniste a déposé une demande à la Knesset pour que l'incident soit ajouté à l'ordre du jour de la prochaine session du parlement israélien. M. Shaï exige du Premier ministre Binyamin Netanyahou qu'il ordonne aux forces de sécurité et à la police de faire de l'enquête sur l'incendie l'une de leurs priorités.

http://www.israpresse.net/leglise-de-la-multiplication-incendiee-par-des-inconnus/

 

En Israël, les chrétiens manifestent après l'incendie de l'église de Tabgha

CRÉÉ LE 23/06/2015

Source : La Vie

L'église bénédictine de la Multiplication des Pains et des Poissons, à Tabgha (Israël), au lendemain de l'incendie criminel perpétré le 18 juin. © Ariel Schalit/AP/SIPA

L'église bénédictine de la Multiplication des Pains et des Poissons, à Tabgha (Israël), au lendemain de l'incendie criminel perpétré le 18 juin. © Ariel Schalit/AP/SIPA

Des milliers de chrétiens de Galilée se sont rassemblés dimanche 21 juin à l'église du monastère bénédictin de la Multiplication des Pains et des Poissons à Tabgah, au bord du lac de Galilée, qui a subi jeudi dernier un attentat incendiaire pour lequel sont suspectés des extrémistes juifs, rapporte l'agence Fides.

Il devait s'agir d'une rencontre de prière recueillie et silencieuse en marge de la réouverture de l'église pour la Messe dominicale après les jours dédiés à l'estimation des dommages subis. Le ton a ensuite monté et le rassemblement a pris l'allure d'une manifestation de protestation, des centaines de jeunes bloquant les rues, portant avec eux des croix et des drapeaux du Vatican, alors qu'étaient entonnés des hymnes en l'honneur de Jésus et de Marie.

Jeudi 18 juin, très tôt, des inconnus ont mis le feu au couvent de Tabgha habité par des bénédictins, rapporte l'Aide à l'Église en détresse (AED). L'incendie a causé des dégâts immenses dans l'atrium de l'église et dans le couvent et l'un des religieux et une collaboratrice ont dû être hospitalisés pour intoxication. Le sanctuaire, qui se situe sur la rive du lac de Tibériade, avait déjà été vandalisé en avril l'année dernière. Des extrémistes juifs y avaient endommagé et profané des croix et des autels. Jeudi, les auteurs de l'incendie ont laissé un graffiti en hébreu tagué sur l'un des murs du couvent : « Toutes les idoles seront détruites », une citation extraite d'une prière juive.

"Escalade de la violence"

De nombreuses voix officielles se sont élevées depuis l'attentat. Un communiqué commun publié par les Patriarches et Chefs des Eglises de Jérusalem appelle « les autorités israéliennes à agir immédiatement afin de traduire en justice les responsables de cet horrible attentat, et également à lutter contre ce phénomène devenu épidémique au sein de notre société. Ce n'est pas la première fois que ce lieu saint est vandalisé par des groupes extrémistes au nom de la religion. Ceci est un acte criminel et inacceptable qui doit être fermement condamné par tous les gens de bonne foi et de bonne volonté. Aucune religion ne devrait accepter ou tolérer un comportement aussi laid et aussi inhumain. »

« C'est une véritable escalade de la violence antichrétienne. Nous sommes en droit de nous demander ce qui va encore nous arriver d'autre maintenant », a déploré Mgr William Shomali, évêque auxiliaire du Patriarcat latin de Jérusalem, dans une interview donnée à l'AED.

Le premier ministre Benjamin Netanyahou a déclaré que cet incendie criminel était une attaque « contre nous tous », ajoutant : « en Israël, la liberté de culte est l'un des principes fondamentaux et garantie par la loi. Les responsables de ce crime abject feront face à toute la force de la loi. La haine et l'intolérance n'ont pas leur place dans notre société. »

Par ailleurs, le vice ambassadeur des Etats-Unis en Israël, William Grant, a pris part à la célébration de dimanche, ainsi qu'une délégation druze et une autre musulmane, venues exprimer de manière publique leur solidarité face à l'attaque subie, indique Fides.

Solidarité

De nombreuses profanations commises par des groupes de colons juifs extrémistes au détriment de monastères, d'églises et de cimetières chrétiens ont eu lieu à compter de février 2012. Depuis lors, signant souvent leurs méfaits avec la formule « le prix à payer », des militants extrémistes de groupes proches du mouvement des colons ont également perpétré des attaques contre des mosquées.

Sheikh Samir Assi, imam d'une mosquée à Acre, au nord d'Haïfa, a expliqué au quotidien Haaretz (en anglais) que des événements de cette nature ne faisaient que renforcer la détermination des communautés minoritaires, chrétienne et musulmane notamment, sujettes à des attaques similaires, à résister en conservant leur foi et leurs terres.

« Comme par le passé, je continue d'avoir tendance à croire que cet acte n'a été commis que par un groupe très petit et agressif, précise Mgr Shomali à l'AED. En effet, il existe des Juifs libéraux et tolérants, des Juifs qui le sont moins, et enfin ceux qui détestent les non-Juifs. Mon inquiétude porte sur l'augmentation du nombre de personnes radicalisées et sur l'accroissement de leur degré d'intolérance. »

L'enquête menée par les forces de police israélienne n'a pas encore conduit à l'identification des responsables et des auteurs du geste criminel.

Les auteurs de l'incendie criminel de l'Eglise de la multiplication des pains à Tabgha sont 2 Arabes de Jérusalem

 

Jérusalem
Publié le 30 juin 2015 par danilette

Si des jeunes Juifs ont été suspectés, arrêtés, gardés à vue etc, ils ont été lavés de tous soupçons car finalement ce sont deux Arabes musulmans qui ont fait le coup comme dans de nombreux cas similaires. Deux arabes musulmans de Jérusalem, appartenant à un groupe terroriste ont été arrêtés, ont reconnus les faits et ont reconstitué leur acte ! La police qui avait été écartée au début pour laisser l'enquête aux services de sécurité du Shin Bet, a repris le dossier et fait un travail efficace et rapide !

Les deux auteurs de ce crime ont écrit des Tags en hébreu pour faire accuser les Juifs, ce qui est particulièrement pervers mais habituel, la liste de ces actes malfaisants et criminels est longue et malheureusement les lecteurs restent avec la 1ère impression, le 1er article lu puisqu'il n'y a jamais aucun démenti, c'est une incitation à la haine anti-juive et anti-israélienne et ça fonctionne. Il est à espérer que les coupables soient jugés sévèrement.

Tous les media du monde entier ont repris : "l'incendie criminel du 18 juin probablement perpétré par des extrémistes juifs", sans aucune preuve ! Il faut maintenant que tous ces media fassent une mise à jour au nom de la déontologie la plus élémentaire ! J'espère que certains le feront...

 

Deux blessés et des dégâts matériels considérables : un incendie criminel a été perpétré à l'

Grave incendie au Sanctuaire de la Multiplication des pains

encontre du sanctuaire bénédictin de Tabgha, en Galilée.
Actualité et évènements

« C'est encore un acte violent perpétré par des individus intolérants et sans scrupules qui nuisent à l'image de la Terre Sainte en offensant les chrétiens de ce pays et l'Eglise catholique dans son ensemble »: condamne l'Assemblée des Ordinaires catholiques de Terre Sainte après le grave incendie perpétré dans la nuit du mercredi 17 au jeudi 18 juin à l'encontre du monastère bénédictin de Tabgha au bord du lac de Tibériade en Galilée. Selon les premiers rapports, le sanctuaire qui fait mémoire du miracle de la Multiplication des pains et des poissons accomplis par Jésus, et visité chaque année par des milliers de pèlerins du monde entier, a été pris pour cible par des inconnus, qui ont mis le feu à l'édifice, endommageant principalement le cloître et les locaux adjacents, où même les toits se sont effondrés. Arrivés sur place, les pompiers ont travaillé pendant des heures pour éteindre les flammes.

P. GREGORY COLLINS, osb
Abbé de l'abbatiale de la Dormition et de Tabgha
« Tous ici font appel à une forme d'intelligence pour réagir à tout cela. Faut-il attendre encore un trop pour comprendre que nous devons mettre un terme à de telles attaques ? Nous allons essayer de répondre à tout cela d'une manière chrétienne, avec des sentiments de pardon, d'amour et de compassion. Car l'essence des religions est l'amour et la compassion, jamais la haine. »

Deux personnes - un moine et une volontaire allemande - ont été transportées à l'hôpital, intoxiqués par la fumée de l'incendie. Pour ce qui est des pertes matérielles, elles s'élèvent à plusieurs millions de shekels de dommages et intérêts.

WALID AL-HAJ   Ingénieur qui a conçu l'église de Tabgha
« Comme vous pouvez le voir, tout l'atrium en face de l'église a été brûlé et je pense qu'il nous faudra tout reconstruire. »

Suite à l'incendie, des inscriptions en hébreu ont été trouvées sur un mur du couvent, des mots tirés d'une prière demandant à Dieu de détruire les adorateurs d'idoles.

Si les Ordinaires catholiques parlent d'un geste qui « nuit à la coexistence des communautés religieuses dans le pays, qui ont à lutter ensemble contre de telles manifestations d'extrémisme », des autorités civiles, des membres des Eglises de Terre Sainte et des représentants des communautés musulmane, juive et druze se sont rendus sur les lieux de l'incendie pour exprimer leur solidarité.

P. AMJAD SABBARA, ofm   Curé de l'église latine Nazareth
« Entrer dans un lieu saint dans la nuit, brûler les locaux et écrire des graffitis, brûler des livres saints : de tels actes laissent un sentiment d'amertume en nous tous. Nous espérons que le gouvernement prendra les mesures appropriées pour remédier à la sécurité et à l'espérance de toutes les églises. »

Mgr KIRYAKOS Église grecque-orthodoxe de Nazareth et de la Galilée
« Cela nous fait du mal à tous. Nous sommes un seul corps et nous devons vivre dans l'amour et la compréhension. »

Cheikh ABDEL-MUTI NASSAR  Imam de Turaan
« Nous condamnons ces actes de violence, et nous unissons notre voix à celle des autres. Depuis un certain temps, les attaques sont de plus en plus nombreuses, il est nécessaire d'éduquer les jeunes générations, et de chercher aussi qui instruit ces gens de cette manière et leur transmet une telle culture. »

« Nous voulons apporter un soutien aux moines du monastère, et qu'ils aient la possibilité de reconstruire pour aller de l'avant dans leur engagement pour la paix. »

NIZAR KHATIB  Dir. du Département Druze dans la Répartition des religions au Ministère de l'Intérieur
« Comme toute religion préserve et protège ses choses sacrées et évite de les endommager, de la même manière chaque religion doit éviter d'endommager ou d'attaquer les choses sacrés des autres religions. »

ANDREAS MICHAELIS  Ambassadeur d'Allemagne en Israël
« Le nombre d'incidents touchant les institutions religieuses dans ces pays sont élevés. C'est là quelque chose que la majorité des gens de ce pays ne doivent pas et ne peuvent pas accepter. »

Ce qui est arrivé cette semaine n'est pas un incident isolé. En avril 2014, un groupe d'adolescents habillés en juifs orthodoxes avait profané et jeté des pierres sur les croix dans ce même sanctuaire, et d'autres incendies et graffitis blasphématoires sont survenus dans d'autres parties de la Terre Sainte. L'Assemblée des Ordinaires catholiques, comme les divers communiqués de presse apparus ces jours-ci, appellent à intervenir fermement afin que « les écoles religieuses éduquent à la tolérance et à la coexistence ».
Related Video


Tabgha. Un appel à la Paix et à la Justice.

Ce dimanche près de 5000 personnes se sont rassemblées en signe de protestation près de l'église de la Multiplication des pains en Galilée.

Les Arabes devraient condamner les attaques antisémites » (député)

Israpresse

 

juin 19, 2015 - 13 h 06Israpresse

Le député Yinon Magal a condamné jeudi l'incendie criminel de l'église de la Multiplication à Tabgha, tout en exhortant les députés arabes et la gauche à s'élever également contre les attaques visant des sites juifs. Interviewé par le site d'informations de droite Aroutz 7, le nouveau député du Foyer juif (Habayit Hayehoudi) a affirmé que la profanation de l'église catholique du nord du pays était « un acte grave ». « Cet acte n'est pas seulement très grave, mais aussi stupide, car il porte atteinte à notre image sur la scène internationale », a affirmé l'ancien rédacteur en chef de la chaîne d'informations Walla! News.

« Nous ne sommes pas l'État islamique », a par ailleurs déclaré le journaliste de droite, faisant référence à l'organisation fondamentaliste qui sème la terreur en Syrie et s'attaque aux « infidèles ».

Giacinto-Boulos MarcuzzoGiacinto-Boulos Marcuzzo
Giacinto-Boulos Marcuzzo (G), évêque auxiliaire du patriarche latin de Jérusalem – Crédit photo : Basel Awidat/Flash90

M. Magal a cependant ajouté que les attaques contre des établissements de culte non-juifs bénéficient d'une couverture médiatique et politique sans commune mesure avec celle des actes de vandalisme perpétrés contre des institutions juives en Israël. « Cela étant dit, j'attends également de voir des députés arabes ou de gauche condamner les profanations de synagogues ou de cimetières juifs. Nous devons lutter ensemble contre la violence dans la société israélienne », a affirmé le député.

Seize individus, apparemment des résidents juifs de Samarie, ont été appréhendés, puis libérés sans inculpation, par la police qui les soupçonnait d'être impliqués dans l'incendie. Toutefois, le journaliste d'investigation David Bedein, directeur du Centre de recherche sur la politique du Proche-Orient (CFNEPR), affirme dans une interview à Aroutz 7 que l'incendie pourrait être le fait de musulmans. M. Bedein, qui rappelle que « des résidents arabes de Tibériade sont responsables de plusieurs attaques contre des chrétiens

L'inscription trouvée sur le mur de l'église de la Multiplication
L'inscription trouvée sur le mur de l'église de la Multiplication :
« Tu retrancheras les fausses divinités » – Crédit photo : Basel Awidat/Flash90

Le député Yinon Magal a condamné jeudi l'incendie criminel de l'église de la Multiplication à Tabgha, tout en exhortant les députés arabes et la gauche à s'élever également contre les attaques visant des sites juifs. Interviewé par le site d'informations de droite Aroutz 7, le nouveau député du Foyer juif (Habayit Hayehoudi) a affirmé que la profanation de l'église catholique du nord du pays était « un acte grave ». « Cet acte n'est pas seulement très grave, mais aussi stupide, car il porte atteinte à notre image sur la scène internationale », a affirmé l'ancien rédacteur en chef de la chaîne d'informations Walla! News.

« Nous ne sommes pas l'État islamique », a par ailleurs déclaré le journaliste de droite, faisant référence à l'organisation fondamentaliste qui sème la terreur en Syrie et s'attaque aux « infidèles ».

Giacinto-Boulos Marcuzzo

Giacinto-Boulos Marcuzzo (G), évêque auxiliaire du patriarche latin de Jérusalem – Crédit photo : Basel Awidat/Flash90

M. Magal a cependant ajouté que les attaques contre des établissements de culte non-juifs bénéficient d'une couverture médiatique et politique sans commune mesure avec celle des actes de vandalisme perpétrés contre des institutions juives en Israël. « Cela étant dit, j'attends également de voir des députés arabes ou de gauche condamner les profanations de synagogues ou de cimetières juifs. Nous devons lutter ensemble contre la violence dans la société israélienne », a affirmé le député.

Seize individus, apparemment des résidents juifs de Samarie, ont été appréhendés, puis libérés sans inculpation, par la police qui les soupçonnait d'être impliqués dans l'incendie. Toutefois, le journaliste d'investigation David Bedein, directeur du Centre de recherche sur la politique du Proche-Orient (CFNEPR), affirme dans une interview à Aroutz 7 que l'incendie pourrait être le fait de musulmans. M. Bedein, qui rappelle que « des résidents arabes de Tibériade sont responsables de plusieurs attaques contre des chrétiens depuis des mois », regrette que la police « arrête immédiatement des juifs, au lieu d'ouvrir une enquête contre des musulmans ».