Mivy décoiffe, car il a été conçu par un chauve !
m'écrire a  

dernière mise à jour :
Lundi, 2/01/17

Lundi 02-Jan-2017
Accueil


Une bat Mitsva

L'alsace

L'Algérie

La Famille Lévy

La famille Lévy dont je suis descendant m'est connue depuis le recensement de 1784, où le bon roi Louis XVI a dénombré les juifs autorisés à séjourner en la province d'Alsace. Léopold  mon ancêtre, était préposé des juifs de Uffholtz, dans le Haut Rhin (près de Cernay au pied du "Veil Armand", ou Hartmannwillerkopff où une grande bataille a eu lieu pendant la grande guerre. 
       La communauté s'est créée après la guerre de Trente Ans et disposait déjà d'un rabbin au 18ème siècle. En 1732, le Bailli autorisa l'utilisation d'un local comme lieu de culte. Reconstruite en 1858-59, la synagogue fut vendue en 1900 et transformée en étable. 
Les premiers souffles de la Révolution (Juillet 1789) poussèrent les paysans et les ouvriers de la vallée de St Amarin vers le village afin de s’en prendre vivement à la communauté israélite et à ses biens. La communauté Israélite du village, alors nombreuse (190 Israélites en 1788), ne fit que décliner en nombre par la suite. Le rabbinat d'Uffholtz fut transféré à Cernay après 1870, et supprimé vers 1915 (Source SdV) et pour cause, l'ensemble du village y compris la synagogue fut détruite par les combats qui s'y déroulèrent. 

    Sur la photo ci dessous d'une réimpression du recensement, on voit à droite l'écriture de Roger, mon père, et à gauche, la mienne. Compte tenu de la calligraphie vous comprendrez aisément pourquoi je préfère taper à la machine ! 

 
 
 

Vous aurez remarqué que Léopold était riche, il avait à domicile un maître d'école, un valet et une servante, mes autres ancêtres connus n'en avaient pas autant. Le préposé était l'intermédiaire entre les autorités royales et la communauté, il était donc percepteur place très enviée sous l'ancien régime, et qui explique peut être sa fortune. 

Léopold a eu pour fils Hirtz Wolff, qui lui même a enfanté Liebman ou Lipmann, qui,  en vertu du décret impérial du 5/7/1808, ont changé de prénom Liebmann et Hirtz Wolff et remplacé par ceux de Lehmann et Benjamin. 
     Wolff signifie loup en allemand, il est dit dans la genèse : Benjamin est un loup ravisseur, et le loup est devenu le symbole de la tribu de Benjamin, le choix du nom Benjamin pour Hirz Wolff est donc logique.     Par contre, je ne sais pas pourquoi Liebman s'est fait appelé Lehman.  

 


porte Entrée de la synagogue de Bar le Duc

   En l'an 1841, le dix décembre à trois heures du soir, par devant nous Joseph BONEL adjoint au maire de a ville de Bar le Duc... ont publiquement paru :

   D'autre part Sprintz Hess domestique, domiciliée à Bar le Duc, née à Trèves le 13 mars 1815, fille majeure de Jacob Hess commerçant domicilié au dit Trèves  consentant par acte reçu le quinze dernier de maître Zell notaire en cette dernière commune, et de sa femme Henriette Hayum son épouse domiciliée aussi à Trèves les quels nous ont requis de procéder au mariage projeté entre eux...

          En présence de Joseph et de Pierre Hulget, marchands âgés de 35 ans, de Joseph Damoux (?) Chapelier âgé de 38 ans, tous trois amis de l'époux et de Samuel Cahen marchand, âgé de 67 ans ami de l'épouse, tous quatre domiciliés à Bar le Duc... 

 

 Ce que nous pouvons tirer de ce document : 

* Des relations étroites entre le Palatinat et la France, rappelle que  Trèves était Français, le prénom d'Henriette donné sous la révolution est un exemple. Le consentement des parents était obligatoire et s'est fait par notaire interposé.

* Les témoins de Lehman n'ont pas de nom juif, ce qui montre une intégration dans la cité. Son fils Léopold n'a transmis du judaïsme que des bribes bien déformées à mon grand père. On le disait athée, mais il était bachelier, et menuisier.  

  

 a

Synagogue de Bar le Duc 

 

Lipmann a du perdre sa première épouse relativement jeune, il s'est remarié avec Caroline Schnerb, comme l'atteste les témoins suivants : 

- Pierre Schmitt propriétaire âgé de 43 ans
       domicilié 43 rue des juifs
- Stanislas Simon, horloger âgé de 38 ans dominilié 19 rue des juifs.

Est comparu Meyer AKAN, âgé de cinquante huit ans, domiicilé en cette ville rue des juifs, N°7, lequel nous a déclaré que le 14 février courant, à onze heures Caroline Schnerb, âgée de vingt huit ans épouse de Lehman Lévy, marchand colporteur âgé de quarante huit ans docilité à Bar le Duc, rue des juifs au n° 46 est  accouchée au domicilie de son mari d'un enfant de sexe masculin ... auquel il a été donné le prénom de Léopold. 

 

Leopold a quitté Bar le Duc et s'est ainstallé  à Rouen où il a tenu un magasin de meuble. Malheureusement, à l'époque les normands étaient des plaideurs. Affolé par les procés, il s'est installé à Troyes, et depuis ce jour, il n'eut plus affaire avec la justice.
     Son épouse était une Céline Lévy de Montigny les Metz, une maîtresse femme à ce qu'on dit, et de la famille des Charleville qui ont donné un grand rabbin de France. 

  
    Les Galeries du Mobilier à Troyes était le nom donné au magasin que Léopold a fondé dans les années 1880 rue de la Cité, il a déménagé 105 rue Thiers (aujourd'hui rue du Général de Gaulle) près de la gare.

    Gaston, et probablement Léopold disaient qu'on déplace pour des meubles.

    Le magasin a été transmis à Gaston, mon grand père, qui s'est marié avec Denise Loeb de Reishoffen, (Denise s'est toujours fait appeler "Alice")

      Roger mon papa lui a succédé, il était associé avec son beau frère, André Serff qui avait épousé Odette Lévy.

       A la suite d'une succession difficile, le magasin a fermé vers 1975.

  Léopold, fils de Lehmann est mon arrière grand père, il s'est marié avec Céline Lévy de Montigny les Metz en seconde noce.

 

a

    Si vous en savez plus sur les familles Lévy, Schnerb, ou Charleville, n'hésitez pas à  m'écrire 
Je recherche en particulier les descendant d'Henri Lévy qui a tenu les Galeries du Mobilier à Amiens au début du siècle dernier.

    Gaston s'est marié avec Denise Loeb, dite Alice. Il sont partis en voyage de noce à Paris

   


Entrée de la synagogue de Bar le Duc

   En l'an 1841, le dix décembre à trois heures du soir, par devant nous Joseph BONEL adjoint au maire de a ville de Bar le Duc... ont publiquement paru :

    

        D'autre part Sprintz Hess domestique, domiciliée à Bar le Duc, née à Trèves le 13 mars 1815, fille majeure de Jacob Hess commerçant domicilié au dit Trèves  consentant par acte reçu le quinze dernier de maître Zell notaire en cette dernière commune, et de sa femme Henriette Hayum son épouse domiciliée aussi à Trèves les quels nous ont requis de procéder au mariage projeté entre eux...

          En présence de Joseph et de Pierre Hulget, marchands âgés de 35 ans, de Joseph Damoux (?) Chapelier âgé de 38 ans, tous trois amis de l'époux et de Samuel Cahen marchand, âgé de 67 ans ami de l'épouse, tous quatre domiciliés à Bar le Duc... 

 Ce que nous pouvons tirer de ce document : 

* Des relations étroites entre le Palatinat et la France, rappelle que  Trèves était Français, le prénom d'Henriette donné sous la révolution est un exemple. Le consentement des parents était obligatoire et s'est fait par notaire interposé.

* Les témoins de Lehman n'ont pas de nom juif, ce qui montre une intégration dans la cité. Son fils Léopold n'a transmis du judaïsme que des bribes bien déformées à mon grand père. On le disait athée, mais il était bachelier, et menuisier.  

  

 

Synagogue de Bar le Duc 

 Lipmann a du perdre sa première épouse relativement jeune, il s'est remarié avec Caroline Schnerb, comme l'atteste les témoins suivants : 

- Pierre Schmitt propriétaire âgé de 43 ans
       domicilié 43 rue des juifs
- Stanislas Simon, horloger âgé de 38 ans dominilié 19 rue des juifs.
      Est comparu Meyer AKAN, âgé de cinquante huit ans, domiicilé en cette ville rue des juifs, N°7, lequel nous a déclaré que le 14 février courant, à onze heures Caroline Schnerb, âgée de vingt huit ans épouse de Lehman Lévy, marchand colporteur âgé de quarante huit ans docilité à Bar le Duc, rue des juifs au n° 46 est  accouchée au domicilie de son mari d'un enfant de sexe masculin ... auquel il a été donné le prénom de Léopold. 

    Leopold a quitté Bar le Duc et s'est installé  à Rouen où il a tenu un magasin de meuble. Malheureusement, à l'époque les normands étaient des plaideurs. Affolé par les procés, il s'est installé à Troyes, et depuis ce jour, il n'eut plus affaire avec la justice.
     Son épouse était une Céline Lévy de Montigny les Metz, une maîtresse femme à ce qu'on dit, et de la famille des Charleville qui ont donné un grand rabbin de France. 

 


    
    Les Galeries du Mobilier à Troyes était le nom donné au magasin que Léopold a fondé dans les années 1880 rue de la Cité, il a déménagé 105 rue Thiers (aujourd'hui rue du Général de Gaulle) près de la gare.

    Gaston, et probablement Léopold disaient qu'on déplace pour des meubles.

    Le magasin a été transmis à Gaston, mon grand père, qui s'est marié avec Denise Loeb de Reishoffen, (Denise s'est toujours fait appeler "Alice")

 Roger mon papa lui a succédé, il était associé avec son beau frère, André Serff qui avait épousé Odette Lévy.

  A la suite d'une succession difficile, le magasin a fermé vers 1975.

   Si vous en savez plus sur les familles Lévy, Schnerb, ou Charleville, n'hésitez pas à  m'écrire 
Je recherche en particulier les descendant d'Henri Lévy qui a tenu les Galeries du Mobilier à Amiens au début du siècle dernier.

    Gaston s'est marié avec Denise Loeb, dite Alice. Il sont partis en voyage de noce à Paris

Et depuis...  la vie continue  ! !  !  

La maison familiale de la famille Lévy est située près de Troyes, voici un bout de son histoire

   



    retour page d'accueil

 

  EditRegion11
EditRegion5

EditRegion4

EditRegion3

 

EditRegion2