Mivy décoiffe,
car il a été conçu par un chauve !
réagir ou s'abonner : a  
http://www.mivy.fr/

26-fév-17


Pour me suivre ou commenter sur Facebook,
facebook

La francophonie

dimanche, 26-Avr-2009

Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez

Accueil

La francophonie a de beaux restes. Notre langue attaquée de toutes part reste pourtant la plus belle, vu que c'est la mienne. Elle véhicule toute une histoire, et toute une civilisation attractive malgré les faiblesses des dirigeants qui sont sensés la protéger. Pourra t-elle se trouver une place à côté du Globish sans se faire dévorer tout cru ?

20/4/09 : Complément sur l'usage du français aux antilles et dans les DOM-TOM par Arlette Hierso-Sastre
 

Le Français a été la langue universelle des élites pendant de nombreux siècles. A la fin du XVIII ième siècle, les gens cultivées parlaient la langue de Molière aussi bien à Saint Petersbourg qu'à Berlin ou Vienne. Au XIX ième siècle, l'influence linguistique de notre pays a aussi conquis le bassin méditerranéen, dans tout l'empire Turc, les commerçants parlaient notre langue. Les communautés juives ont participées à ce mouvement via l'alliance israélite universelle qui a été fondée en 1860, et qui a ouvert tout autour de la Méditerranée des écoles francophones en particulier en Afrique du Nord, mais aussi en Grèce, Egypte, Turquie, Liban, Iran etc..

Tout au long du XX ième siècle, l'anglais a grignoté le français. de la puissance dominante a tendance à devenir celle des scientifiques, des lettrés et des diplomates, ce fut le français, et aujourd'hui, c'est l'anglais, ou plutôt le «globish», un anglais édulcoré international qui sert de lingua-franca, de jargon compris partout dans le monde.

Aujourd'hui, la langue française est ravalée à un rang secondaire, et certains cherchent à sauver ce qui peut l'être, et luttent à arme inégale sur plusieurs front :

- Sur le plan intérieur : Des associations vont jusqu'à qualifier de souffrance, l'obligation qui est faite à certain cadres d'abandonner leur langue nationale au profit de l'anglais pour des travaux ne concernant qu'un public francophone, ou l'impossibilité de comprendre des notices, ou même la nature de produits entièrement étiqueté en "globish".

- Sur le plan international, la France essaie de créer une solidarité économico-culturelle à travers l'organisation de la Francophonie.

 









Petite histoire de
l'enseignement du français en Iran


Alliance française : 450000 élèves à l'étranger

Lycée Mikve Israël

 

Courriers

Humour

En Europe on parle surtout Allemand, Français, Italien et Espagnol pourtant....

La langue anglaise a ravi la première place dans le monde, à cause de l'importance de la richesse accumulée par les pays anglo saxons : Les États Unis, le Canada, la Grande Bretagne, l'Inde qui compte autant d'anglophone (200 millions) qu'il n'y a des francophones dans le monde, le Nigéria qui le pays d'Afrique le plus peuplé, l'Afrique du Sud, pays le plus riche du continent, l'Australie etc... tout ça fait beaucoup de monde !!! et beaucoup d'argent. Environ 750 millions de personnes utilisent l'anglais tous les jours, contre 150 à 200 millions le français, et la langue anglaise est officielle pour plus de deux milliards de personnes.

Les autres langues font grises mines. En Europe la défaite Hitlérienne a mis fin à l'hégémonie de l'Allemand sur l'Europe Centrale. Les germanophones sont les plus nombreux en Europe, mais l'Allemagne a fait profile bas pour se reconstruire sur une base économique, sans faire peur à personne. Elle a adopté une attitude si modeste, qu'elle a empêché toute vélléité de rendre à l'Allemand sa place naturelle. Les allemands se sont mis à l'anglais, et ne défendent plus leur propre langue, en France les professeurs d'Allemands n'ont plus d'élèves, à quoi bon étudier cette langue, vu qu'outre Rhin, tout le monde comprend l'anglais ? réciproquement, l'apprentissage du français se réduit Outre-Rhin.

Il reste des exceptions dans les zones frontalières, par exemple les relations étroites entre la Sarre et la Moselle, ou le Pays de Bade et l'Alsace font que l'enseignement de la langue de voisin est important des deux côtés de la frontière, mais ailleurs, la langue de Molière ou de Goethe n'a plus vraiment la côte, on ne trouve plus que 6 % des allemands à se présenter aux épreuves de français au bac. L'Espagnol, et surtout l'Anglais séduit tout le monde

L'Espagnol se renforce, paradoxalement grâce aux États Unis où les minorités hispaniques pèsent de plus en plus. Comme on imite les États Unis on fait comme si les relations avec l' Amérique du Sud étaient importantes pour nous. On compte quand même entre 350 et 400 millions de locuteurs hispaniques, soit deux fois plus que de Francophones. Devenue seconde langue étudiée en France après l'Anglais, elle récupère petit à petit la place de challenger qui est encore celle du Français dans certains pays.

L'Italien a perdu son importance économique depuis que l'Océan Atlantique a remplacé la Méditerranée dans les échanges commerciaux. Cette langue si riche et si importante au niveau de la pensée et des arts est étudiée par les amateurs de culture. En Italie, comme ailleurs l'anglais est désormais la seconde langue, malgré la proximité linguistique et affective avec le français.

En conclusion, l'Europe se met à l'Anglais, même si cette langue n'est parlée que par moins de 20 % de la communauté.

En France, le Français est attaqué

 

Par ce que le commerce international se fait en anglais, la langue s'impose, si bien qu'une secrétaire ne maîtrisant pas cette langue n'a guère de chance de trouver un emploi à Paris. Les grands groupes imposent de plus en plus souvent l'anglais comme langue de travail pour leurs conseils d'administration. C'est logique quand ces conseils se composent de responsables venus des quatre coins du monde, mais c'est aussi souvent inutile, contre productif et... frustrant.

A France Télécom par exemple, le groupe avait conclu un accord en Espagne pour créer une filiale franco-espagnole dont le siège était à Madrid. L'opérateur français avait imposé aux candidats une bonne connaissance et une formation complémentaire en ... Anglais ! ! . Dès la première réunion de travail le ton était donné : les débats étaient exclusivement en espagnol comme on pouvait s'y attendre. Les français ont du potasser la langue de Cervantès à toute vitesse.

Si l'anglomanie d'Orange peut se comprendre à l'international, où le globish est bien la langue de travail, l'usage des anglicisme devient la règle, y compris pour un public exclusivement francophone. Les directives font allusions à des concepts anglo saxons inintelligibles pour les non-initiés. Le mystère est encore plus grand quand on utilise les abréviations. Jadis on pouvait encore comprendre, quand une note de service disait que le service du bâtiment devenait bet (Bâtiment-Energie-Transport), mais aujourd'hui que penser du CRM qui veut dire comme chacun l'a compris gestion de la relation avec les clients ? ou l'e-lob si important mais qui n'a aucun rapport avec les oreilles contrairement à ce que les mauvais esprits durs de la feuille pouvaient supposer.

Dans certains secteurs, ce sont les consommateurs qui sont perdus, quand on se promène rue Montgallet à Paris, à la recherche de l'ordinateur magique, le malheureux acheteur est confronté à une série d'anglicisme spécialisée effroyable. On met des affiches ou on nous annonce qu'on nous vend une série de lettres et chiffres... la seule chose intelligible dans l'affiche est le symbole «€» ce qui veut dire que votre Surfeur BE456 n'est pas gratuit, alors vous avez compris l'essentiel.

Pour cela des associations se révoltent, l'ALF parle de la souffrance des travailleurs obligés de travailler dans une langue qui n'est pas la leur, de voir leur culture d'un très haut niveau dévalorisée, car à travers la langue c'est toute la façon de penser, de concevoir, d'être qui est mise entre parenthèse au profit d'une vision du monde anglo-saxone.

Sur le plan artistique, la situation n'est pas meilleure, dès les années 1970, un ami américain regrettait la disparition de la chanson francophone sur les ondes radiophoniques françaises. Comme le marché anglophone est beaucoup plus important que le nôtre, les majors de la chanson n'investissent plus . On lance des chanteurs ou des chanteuses comme des savonnettes, avec un orchestre par derrière qui cachera les paroles qui de toute façon n'ont aucun intérêt. L'abandon du français dans la chanson a atteint un point de non retour. A l'occasion de l'Eurovision de la chanson, la France en 2008 abandonne sa propre langue, et laisse Sébastien Tellier chanter en anglais !

On a pu constater au niveau du Cinéma qu'il existe un parallélisme entre l'évolution des entrées au Cinéma, des Ventes de CD, et des téléchargements illégaux des divers films. Bienvenue chez les Chtis par exemple a été le film le plus «piraté», et le plus vendu, par contre d'autres films n'ont eu aucun succès sur aucun mode de diffusion, on accuse les «pirates» d'être responsables de la mauvaise qualité des produits proposés. La vente des productions en français dépend donc de leur qualité, elle est souvent là au niveau du Cinéma, où la loi protège les productions francophones, mais on ne la trouve pas au niveau de la chanson en français qui devient rare comme les beaux jours. Et ce n'est pas la loi ADOPI qui règlera le problème.


L'anglais langue paradoxale


le groupe France Télécom crée l’enterprise line of business (e-lob)

Veille à défendre l'usage du français partout où il est menacé
 

Combien de personnes parlent-elles le français aujourd'hui dans le monde ?

Le nombre total de francophone est estimé à 175 millions par le Quid, et 200 par la documentation française, et l'organisation internationale de la Francophonie. Il n'est pas facile de compter, ni même de savoir à partir de quand on est francophone, par exemple, aux antilles, la plupart parlent créole, mais ils comprennent le français, doit-on les compter comme des vrais francophones ?

Les régions où tout le monde parle français sont rares : outre la France métropolitaine, on a une partie de la Belgique, de la Suisse, et du Canada. Ailleurs, notre langue est parfois celle de l'élite, des affaires et de l'enseignement, mais la population communique en arabe, éwondo, ou bambara ou créole. Les statistiques trouvées sur internet sur le nombre de locuteurs en Français sont régulièrement fausses, autant pour le nombre d'anglophones que de francophones, il semble qu'il y ait une guerre de désinformation sur ce sujet. J'ai pu lire qu'on parlerait français à plus de 70 % en Côte d'Ivoire et au Gabon et que dans les autres pays ce serait plutôt entre 10 et 30 % de francophones.

Le décompte officiel vient de l'Organisation Internationale de la Francophonie, qui est un organe politique dont le but est de créer une solidarité entre les pays qui partagent peu ou prou notre langue. On y trouve des pays où on parle français, ou on parlait français, ou dont les autorités entendent développer notre langue.

Quasiment tous les pays avec fortes minorités francophones sont représentés sauf l'Algérie, les États Unis, et Israël.

En Algérie des millions de gens parlent notre langue mais le pays n'a pas voulu faire partie d'un organisme patronné par l'ancien colonisateur. En effet l'Algérie combat la langue française, cherche à imposer l'arabe littéraire que personne ne parle, mène une politique de gribouille qui gène son développement économique et humain.

Aux USA il existe plus d'un million d'expatriés et deux millions environ de francophones, mais les leaders de la domination anglo-saxone ne voient pas d'un bon oeil ce type d'organisation crée il est vrai un peu pour lui résister ! et le poids relatif des francophones est tout à fait négligeable (Haïtiens, Acadiens, Cajuns et expatriés français)

Israël compte 150 000 français, et 600 000 francophones, soit plus de 10 % de la population totale. Son adhésion est bloquée par la règle de l'unanimité. Le dogme libanais, décrète qu'Israël est son ennemi, quelque sot ses bonnes intentions. Israël n'a d'ailleurs jamais demandé officiellement à faire partie de l'organisation, mais les francophones du pays sont actifs à travers plusieurs associations qui se mobilisent et cherchent à avoir des élus pour faire entendre leur différence.

Carte des pays membres de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)

"http://www.tv5.org/TV5Francophonie/carte_membres_oif.jpg" target="_top">

Cette organisation présidée par le sénégalais Abdou Diouf fédère une série
d'état parfois membres de confédérations (Comme des cantons Suisses, ou des provinces canadiennes) où le français est soit parlé, soit fortement encouragé, autour de valeurs communes. Il existe des membres associés et des observateurs pour des pays où on ne parle pas la langue de Molière, mais qui souhaiteraient participer au développement de la culture francophone.

Liste des pays membre de l'OCI Organisation internationale de la Francophonie :

Albanie Croatie ** Maroc
Andorre Djibouti Maurice
Arménie * Dominique Mauritanie
Autriche ** Egypte Moldavie
Belgique France Monaco
Communauté française de Belgique Ex-République yougoslave de Macédoine Mozambique **
Bénin Gabon Niger
Bulgarie Géorgie ** Pologne **
Burkina Faso Ghana * République Tchèque **
Burundi Grèce Roumanie
Cambodge Guinée Rwanda
Cameroun Guinée Bissau Sainte-Lucie
Canada Guinée équatoriale Sénégal
Canada Nouveau-Brunswick Haïti Sao Tomé et Principe
Canada Québec Hongrie ** Serbie **
Cap-Vert Laos Seychelles
Centrafrique Lettonie ** Slovaquie **
Chypre * Liban Slovénie **
Comores Lituanie ** Suisse
Congo Luxembourg Tchad
Congo RD Madagascar Thaïlande **
Côte d'Ivoire Mali Togo
Tunisie
** Pays observateurs Ukraine **
* Membre associés Vanuatu

 

L'État ou le gouvernement qui souhaite adhérer à la Francophonie institutionnelle doit en faire officiellement la demande. C'est le Sommet de la Francophonie sur la base des recommandations de la Conférence ministérielle, délibérant à huis clos, qui décide d'accueillir ou non le nouveau requérant. Cette décision doit être prise à l'unanimité.

Le fait que le français ne soit pas la langue officielle du pays requérant ne constitue pas un obstacle à son adhésion. Cependant
la place qu'occupe la langue française dans le pays candidat est un critère déterminant d'admissibilité.

Dans beaucoup de pays, le français fut la langue de l'élite. L'adhésion à la francophonie, aujourd'hui ne peut s'expliquer pour des raisons économiques ou politiques

  • La francophonie peut servir pour obtenir une position privilégiée au niveau de certains contrats public, voir même privés en jouant sur une solidarité
  • C'est aussi un moyen de contrer l'influence anglo-saxone sans pour autant tomber dans l'anti-impérialisme primaire.

Ses axes stratégiques de son intervention et les domaines prioritaires de son action multilatérale : promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique ; promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l'Homme ; appuyer l'éducation, la formation, l'enseignement supérieur et la recherche ; développer la coopération au service du développement durable et de la solidarité. Une attention particulière est portée aux jeunes et aux femmes ainsi qu'à l'accès au TIC dans l'ensemble des actions de l'OIF.

 

On se rend bien compte ici que c'est une mission impossible. La démocratie est un luxe de pays stables et en paix. Comment demander à la Tunisie, pays voisin de l'Algérie et de la Libye de se comporter en gentleman gentilhomme avec des gens manipulés par des chers voisins et acquis au fondamentalisme islamistes ? Comment réagir face aux exactions et crimes racistes commis entre Mauritaniens et Sénégalais ? Faut-il oublier le sort des Touareg, et leur agitation opportune chaque fois que le pétrole sent trop fort ? Quand cela ne mange pas de pain, en vertu des grands principes, l'OIF fait des exemples, par l'exemple, elle vient de suspendre de la Francophonie Madagascar, qui n'aura plus le droit de participer aux activités, (les programmes d'aide aux populations civile seront maintenus). C'est bien fait pour eux, ils ne respectent pas les règles de la démocratie alors qu'ils ne sont pas musulmans, et qu'ils n'ont pas assez d'argent pour avoir des amis.

Michel Levy

 

Nombre de Francophone dans le monde


Francophonie en Algérie sur le site de Gilbert Grandguillaume


décompte officiel , orienté mais incomplet !

 


Le Français dans les DOM-TOM


Les Martiniquais et les Guadeloupéens sont soumis aux mêmes règles scolaires que les autres français. Et même pour ce qui concerne la Martinique, le lycée laïque de Saint-Pierre a été créé avant les lois de Jules Ferry avec des enseignants compétents recrutés en Métropole par des hommes politiques locaux qui avaient subi l'enseignement catholique et n'en avaient pas gardé un bon souvenir.

Le français est donc parlé par tous les Martiniquais et Guadeloupéens même par ceux qui font semblant de ne pas le comprendre (je pense aux habitants de Saint-Martin qui pratiquent plus volontiers l'anglais)

Le créole parlé en Martinique, Guadeloupe, Sainte-Lucie et, dans une moindre mesure, Dominique est le "créole en ka". "ka" est la marque du présent. Par exemple : Man ka palé kreyol (je parle/je suis en train de parler le créole).

Les Haïtiens utilisent le créole en "ap". Très peu d'entre eux parlent le français. De plus en plus ils utilisent l'anglais Il y a une certaine inter-compréhension entre les différents créoles à base lexicale française mais elle passe par le français.

A mon avis un Sainte-Lucien qui ne parle que le créole en "ka" et l'anglais a peu de chance de comprendre un Haïtien ou un Réunionais.
Un Guadeloupéen ou à un Martiniquais peut y arriver mais pas tout de suite.
Par contre les créoles martiniquais et guadeloupéens sont immédiatement intercompréhensibles.

Les paroles de beaucoup de chansons des Antilles françaises (y compris les traductions de standards français ou internationaux) sont un mélange des deux créoles sans que cela pose un problème.

Il existe un groupe de recherche sur les créoles composé de linguistes de niveau universitaire qui s'efforce de faire passer le créole du langage parlé au langage écrit. Les autres langues parlées aux Antilles sont l'anglais, l'espagnol, le néerlandais et un créole néerlandais qui s'appelle, je crois, le papamiento.

Le français est minoritaire même si un certain nombre d'îles sont admises dans la francophonie au même titre que l'Albanie ou la Roumanie, c'est-à-dire à titre d'observateur.



Arlette Hierso Sastre